Se faire accompagner

Coaching et déontologie, rappel de quelques règles de base

coaching et deontologieIl n'est pas rare que l'entreprise qui vous envoie en expatriation vous propose (à votre retour, le plus souvent...) un coaching avec l'un de ses partenaires. Il peut arriver aussi qu'une entreprise vous propose un bilan de compétences avec un coach de son choix. Autre scénario : un ami d'ami propose de vous coacher... Toutes ces intentions sont louables mais sont l'occasion d'une petite piqûre de rappel des coachs d'Expat Communication sur une règle de base à respecter : le respect de la déontologie en matière de coaching. 

Mais d’abord, qu’est-ce qu’une déontologie ?

C’est l’ensemble des règles et des devoirs qui régissent une profession. Et donc (en théorie ?) une garantie du professionnalisme des personnes qui exercent ce métier.

Sur le marché en plein boom du coaching qui attire beaucoup de prétendants, l’existence et le respect d’une déontologie sont essentiels.

D’ailleurs, c’est l’un des premiers engagements (en sus des autres, cf notre article « Comment bien choisir son coach ? ») exigés par les trois fédérations professionnelles présentes en France (EMCC, SF Coach, ICF).

La déontologie, un enjeu clé pour le coach…et pour le coaché

J’aime beaucoup la définition que François Delivré (pionner dans le domaine du coaching et auteur du "Métier de coach" - ouvrage de référence de la profession) donne de la déontologie : c’est quand les valeurs l’emportent sur les besoins personnels.

Pour le coach, le cadre déontologique l’aidera à résoudre les dilemmes auxquels il peut être confronté.

Par exemple :

  • travailler pour une entreprise dont l’un dirigeant est soupçonné de corruption...
  • intervenir dans une entreprise dont les conditions de travail sont connues pour être extrêmement dures ou injustes
  • le coaching est utilisé pour pouvoir licencier un collaborateur...
  • coacher un collaborateur qui vous avoue avoir effectué des malversations

Outre ce que dit la loi, le coach devra s’interroger : ce qui pose problème l’empêche-t-il de bien faire son métier voire d’effectuer ce coaching ? Ou en d’autres termes, se sent-il libre ? Agit-il en pouvoir pour son coaché et non pas en pouvoir sur lui ? Et de la même façon, le coaché ou l’entreprise ont-ils une possibilité de passer en pouvoir sur lui ?

En face de lui, le coaché aura à se poser les mêmes questions : se sent-il en confiance, libre de se livrer ? Le coach cherche-t-il à l’influencer, à exercer un ascendant sur lui ?

Le respect d'une stricte confidentialité : le cas de la tripartite

La confidentialité est clé dans le coaching. A fortiori lorsque l'entreprise est à l'origine de la demande. Le coach aura à résister aux tentatives de certains managers ou DRH d’obtenir des informations (« Alors, ça avance avec M. ou Mme coaché ?? »). Les seuls échanges possibles auront lieu lors de l’entretien tripartite entre le coach, le coaché et son N+1 (et parfois les RH) qui a lieu en début de coaching pour définir les objectifs. Et lors du bilan de fin mais là encore, ce sera au coaché de s’exprimer, non pas à son coach.

Au quotidien, en coaching, comment utilise-t-on une déontologie ?

De façon très pratique, le coach l’affiche en la remettant au client (annexe au contrat). Il accepte d’être questionné par son client (coaché ou entreprise) et surtout, il prend le temps de s’interroger sur toutes les questions qui peuvent émerger dans sa pratique (d’où le nécessité pour le coach d’être supervisé).

Le coaché, de son côté, pourra l’interroger sur sa pratique, son approche, la façon dont il conçoit sa déontologie, les clients qu’il a l’habitude de coacher. Ces informations lui permettront de se faire une idée de la façon dont il conçoit son métier et de démarrer sur des bases solides.

Portrait F de Grignart

Frédérique de Grignart
Coach professionnelle et ancienne DRH. Elle intervient chez Expat Communication, site éditeur d'Expat Value. Elle est coach interculturelle, formatrice dans le cadre de la Coach Academy, anime certaines sessions du Job Booster Cocoon. Pour joindre Frédérique : frederique.degrignart@expatcoachacademy.com

boutons NL EV

Expat Communication propose des services d'accompagnement, des prémices de votre projet d'expatriation à votre retour en France :

  • Des stages départ : un accompagnement indispensable pour préparer son départ et faciliter son adaptation sur place.
  • Des stages retour : une journée pour les collaborateurs ou pour les conjoints, pour faire le point. Relire son expatriation, avancer sur ses projets de retour et échanger avec d’autres personnes qui sont dans la même situation. Une bulle d’esprit expat avant de plonger dans le bain du retour.
  • Un accompagnement individuel : une coach, ancienne expatriée elle-même, vous aide à élaborer et mettre en œuvre votre projet. Service disponible à Paris ou par skype avant votre retour. Vous n'êtes pas sûr de vous ? Expat Value vous propose 30 minutes pour décider.
  • Le job booster cocoon (Retour à l’emploi après une expatriation ): des groupes d’expatriés, hommes et femmes, boostent leur carrière en s’entraidant pour définir et obtenir le job de leurs rêves. Pour garder l’esprit innovant, débrouillard et solidaire de l’expatriation qui fera rebondir leur carrière. A Paris et à San Francisco.

Expat Value vous conseille également : 

Cinq contre-vérités sur le coaching !

Comment bien choisir son coach ?

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre