Outils recherche d’emploi Portraits d’expats salariés Salariat

Les astuces de Thècle pour trouver un emploi au Canada dans la restauration

Restauration au CanadaThècle est une multi-expatriée: Canada, Espagne. Poursuivre sa carrière, avoir un projet professionnel à chacune de ces mobilités, c’est important pour elle. Elle était salariée en France puis au Canada et maintenant entrepreneure depuis son arrivée en Espagne. Dans cette interview, elle nous partage son expérience de recherche d’emploi dans l’hostellerie à Montréal – Canada.

Astuce #1: Oser le porte-à-porte dans l’hôtellerie à Montréal pour trouver un emploi


J’ai travaillé en cuisine, en tant que chef de parti garde-manger. Pour trouver cet emploi, j’ai d’abord réécrit mon CV, façon nord-américaine car adapter son CV, c’est un incontournable! Sachez que le bénévolat est une réelle expérience prise en compte, alors il ne faut pas hésiter à le valoriser dans son CV et lors des entretiens.

Une fois le CV mis à jour, adapté aux codes du secteur et du pays, j’ai ciblé les hôtels, restaurants gastronomiques et bistrots… dans lesquels je souhaitais travailler. Puis je suis allée déposer en main propre mon CV dans chacun de ces lieux. Et ça a marché! En une semaine, j’ai décroché le job qui me plaisait!



Astuce #2: Ne pas avoir de carrière rectiligne en Amérique du Nord, n’est pas un problème, bien au contraire.


Au Canada, et plus largement en Amérique du Nord, on te laisse ta chance, même si tu n’as pas d’expérience! La seule chose qui compte là-bas, c’est de faire ses preuves et c’est la période d’essai qui déterminera s’ils te gardent ou non.

Astuce #3: Ne pas hésiter à prendre un job un peu en dessous de ce que l’on aimerait


Il n’est pas toujours simple d’accepter de prendre un emploi en dessous de nos attentes : en terme de rémunération, de niveau de poste… Mais une fois que tu es rentré dans un établissement, tu auras très certainement la chance d’évoluer.

C’est l’occasion de se créer un réseau, car à Montréal, le réseau marche énormément. En ayant déjà un pied dans le secteur, cela permet de constituer et développer son « network ».

Astuce #4: Maîtriser l’anglais pour avoir un poste à responsabilité.

Montréal étant francophone, il n’est pas nécessaire de parler anglais, sauf lorsque tu veux monter les échelons. Sans une maîtrise de l’anglais, jamais tu n’auras de postes à responsabilité. Le moyen que j’ai utilisé pour m’améliorer, c’est parler, parler et parler. Et surtout, c’est réussir à se défaire de cette honte que nous avons, nous français, de mal parler Anglais.

Astuce #5: Ne pas hésiter à dire non à une offre d’emploi.


Ne pas hésiter à dire non. Le jour de mon 1er essai dans un restaurant fut mémorable. À la demande d’un vestiaire féminin pour me changer en arrivant, la sous-chef me répond, qu’on est tous pareil et que je dois me mettre en tenue de cuisine avec les gars… Promiscuité, normes d’hygiène pas respectées, insalubrité des cuisines, avec une journée débutant à 13h terminant à 01h00 sans pause, avec un repas sur le pouce, debout. Cela en était trop pour moi et ne présageait rien de bon. Aussi, lorsqu’ils validèrent mon acceptation, j’ai refusé et je n’ai jamais eu aucun regret.

Astuce #6: S’accrocher malgré les difficultés

Tout comme l’astuce #5, cette astuce vaut pour de nombreux pays! Le marché de l’emploi en hostellerie est très spécifique et particulièrement volatile du fait des bas salaires, surtout en cuisine. La cuisine n’est pas valorisée à Québec, au point que lorsque tu loues un appartement et que tu dis que tu travailles en cuisine, il te faut une autre personne garante de ton loyer. 
Le turn-over du personnel est fatiguant à la longue en tant que responsable, car tu passes ton temps à former du nouveau personnel et les plannings sont difficiles à établir. Le personnel quitte du jour au lendemain sans prévenir… Il faut s’accrocher!



Pour conclure!


Grâce à mon expérience professionnelle dans le secteur de la restauration au Canada, j’ai appris énormément. À mon arrivée en Espagne, j’ai alors osé lancer mon propre business culinaire. J’ai donc créé HighThècleculinary: un service de coaching culinaire à domicile.

high Thecle culinaryInterview de Thècle Dubuis Traoré

Coach culinaire à domicile Entrepreneure  – Créatrice de HighThècleculinary

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre