Au retour Portraits d’expats salariés

Aurélie témoigne de sa recherche d’emploi à son retour en France

retour à l'emploiAurélie est rentrée l'été dernier à Paris, après trois années d'expatriation en Afrique du Sud. Lors de la toute première expat de son mari, à l'époque, elle avait décidé de ne pas le suivre pour pouvoir garder son emploi. Aurélie a un parcours pro dans des fonctions financières, après quelques années d'audit financier. Elle nous explique comment s'est passée sa recherche d'emploi à son retour en France. Quelles actions elle a mises en place pour que sa recherche soit efficace.

A votre retour en France, travailler était une priorité ? 

Travailler faisait partie des priorités du retour, par choix et envie ! J’ai rapidement commencé mes recherches.

Quel emploi recherchiez-vous ? 

J'ai cherché un emploi salarié conforme à mon parcours et mes expériences antérieures, en CDI à plein temps. Dans la lignée de mes expériences en cabinet d'audit financier et de postes en contrôle de gestion et finances au sein d'entreprises internationales.
En Afrique du Sud justement, j'ai rejoins un groupe français cherchant à se développer sur de nouveaux marchés, tant en France, qu'à l'étranger.

Comment avez-vous procédé pour votre recherche d’emploi ? Quels sites, envois de CV en candidature spontanée, réponses à des annonces ? Networking, si oui de quelle manière ? 

J'ai mis à jour en priorité mon profil Linkedin (et Viadeo) et contacter les cabinets de recrutement avec qui j’étais en contact avant mon départ (relation personnelle ou professionnelle). Ayant mis des alertes sur divers site de recherche d'emploi, comme par exemple Cadre emploi, Apec et Meteo Job. J'ai également répondu à des offres d'emploi en ligne.

En parallèle, je suis allée au café de retour d'Expat Communication.

De quelles aides avez-vous bénéficié (Pôle Emploi, APEC, aide de l’entreprise de votre conjoint) ?

L'entreprise de mon conjoint propose une enveloppe d'aide à l'emploi du jour du départ en Expatriation jusqu'à 6 mois après le retour, ce qui permet d'envisager du coaching / aide à la recherche au retour. Je suis également allée chez Pôle Emploi qui propose l'aide d'un cabinet externe, mais est surtout actif quand il s'agit de réorientation, formation ou profil plus atypique que le mien...

boutons NL EV

Vous avez choisi de vous faire accompagner, en quoi le coaching vous a aidé dans votre recherche d’emploi ?

Je n'ai fait qu'une séance de coaching, car ma recherche d'emploi a été plus rapide que je ne l'avais imaginé, ayant bénéficié d'une conjoncture économique plutôt favorable. Cependant, le coaching m'a permis me rassurer sur le choix du poste que je m’apprêtais à accepter. Et aussi de bien identifier ce que mon expérience à l'étranger m'avait apportée personnellement et professionnellement.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées, ou pas ?

La conjoncture économique positive ainsi que mon parcours, renforcé par un poste dans une entreprise européenne en Afrique du Sud, ont facilité ma recherche d'emploi. De plus, ma recherche d'emploi effectuée à mon arrivée à Johannesburg m'a énormément servie pour les entretiens au retour. J'avais déjà travaillé sur le discours, la confiance en soi et la mise en avant des atouts. Tout ce travail de préparations des entretiens, je l'avais fait avec le soutien d'autres expatriées dans le même cas que moi. J'avais également eu quelques discussions avec des professionnels du recrutement.

En quoi votre expatriation a été un plus dans votre candidature ?

Avoir occupé un poste à responsabilité à l'étranger a été un plus, cela a donné une réelle dimension internationale à mon parcours. La faculté d'adaptation et la flexibilité sont chères aux entreprises actuellement. En outre, avoir été expatriée m'a donné une vision plus large des choses, peut-être plus de recul (ou est-ce l’âge ?!), ce qui est un atout au quotidien.

Quels sont vos conseils à ceux qui rentrent en France et souhaitent retravailler ?

Je conseillerais de mettre à jour son profil sur les réseaux sociaux / professionnels et de faire savoir que l'on recherche un emploi. De mettre en avant son expérience à l'étranger quel qu’elle soit (professionnelle, associative, personnelle), car cela est un vrai plus. Chacun apprend et se découvre des talents lorsqu'il est immergé dans un ailleurs. On ne perd pas de valeur à ne pas travailler quelques années par exemple. Il faut cependant être conscient que l'on n'est plus dans l’environnement que l’on a quitté. Il faut donc réfléchir à ses propres aspirations et aux postes adéquats...

Enfin, je conseille fortement les ateliers de networking, de recherche d’emploi dédié aux retours d'expatriation. Moi je suis allée au café retour d'Expat Communication, ainsi qu'à la soirée Alumni de mon premier employeur. Ne pas hésiter à réactiver d'anciens contacts via les réseaux sociaux. Je préconise également de faire un coaching ou bilan de compétences lorsque l'on n'est plus sûr de savoir comment procéder ou savoir ce que l'on cherche !

Combien de temps aura duré votre recherche ? Avez-vous passé de nombreux entretiens ?

Ma recherche a été plutôt rapide, deux mois. J'ai passé de nombreux entretiens "exploratoires" et de réseau et quelques entretiens pour des postes à pourvoir. J'ai rejoint une création de poste, donc le fait d'être disponible rapidement a été un atout.

Et aujourd’hui, quel emploi avez-vous trouvé ?

J'ai retrouvé un poste en Finance d'entreprise, dans la nouvelle filiale à créer d'un groupe international. Le secteur d'activité est complètement différent de ce que j'avais pu connaitre. Ce sont ces nouveautés qui m'ont attirées !

Aurélie

Outils pratiques à retenir :

- Mettre à jour en priorité votre profil Linkedin et autres réseaux même non pro. Faire savoir que l'on recherche un emploi ;
- Mettre en avant son expérience à l'étranger quel qu’elle soit (professionnelle, associative, personnelle) ;
- Contacter les cabinets de recrutement ;
- Mettre des alertes sur divers site de recherche d'emploi : Cadre emploi, Apec et Meteo Job ;
- Répondre à des offres d'emploi en ligne ;
- Vous renseigner auprès de l'entreprise de votre conjoint pour voir s'il n'existe pas une enveloppe d'aide à l'emploi ;
- S'inscrire à Pôle Emploi
- Bien réfléchir à ses propres aspirations et aux postes adéquats et ne pas hésiter à se faire accompagner le cas échéant ;
- Participer à des ateliers de networking, de recherche d’emploi dédié aux retours d'expatriation ;
-Passer des entretiens "exploratoires" et de réseau.

Rediffusion d'un article publié en Juin 2018.

Propos recueillis par Gaëlle GREGOIRE, responsable éditoriale d'Expat Value. Elle a passé 8 années en expatriation dans différents pays d’Afrique et d’Europe où elle a dû se réinventer à chaque fois pour travailler (ou pas !). Elle est donc extrêmement concernée par cette notion de "suivi de conjoint" et de double carrière à l'étranger.
Pour lui écrire : gaelle.gregoire@expatcommunication.com

Pour aller plus loin Expat Value vous conseille également de lire :
Comment optimiser son réseau LinkedIn en 15 minutes par jour ?
Réseau pro virtuel ou réel, quel levier pour trouver un job ?

boutons NL EV

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre