A propos de l'expatriation Salariat

Etes-vous victime du syndrome du Prince Charmant au travail ?

syndrome du prince charmantSi en général il est plutôt facile pour les hommes de se mettre en avant dans le cadre professionnel et de demander une augmentation de salaire ou une promotion, ces comportements sont souvent moins naturels chez les femmes, qui peuvent être victimes du syndrome du Prince Charmant...

Quel est ce syndrome du Prince Charmant dans notre vie professionnelle ?

Ce syndrome consiste à attendre que votre supérieur remarque que vous êtes performante, voire exceptionnelle et qu’il vienne vous proposer de lui-même ce que vous attendez : de nouvelles responsabilités, un rôle dans un projet stratégique, une augmentation de salaire ou au minimum des félicitations pour le travail accompli et les résultats obtenus…

Sauf que dans la réalité, cela ne se produit pas comme vous le souhaitez.

Vous attendez, mais le Prince Charmant ne daigne bouger. C’est quand même incroyable de vous ignorer comme ça, il doit manquer de discernement pour faire preuve d’une telle indifférence et ingratitude. Vous commencez même à suspecter une bonne dose d’incompétence.

Toute une série d’émotions négatives s’enchaine : manque de reconnaissance, frustration, sentiment d’injustice... Si la situation s’installe sur la durée, apparaissent les doutes, le découragement et la démotivation, une chute de confiance en vous, jusqu’à provoquer des envies de départ, de tout laisser tomber.

boutons NL EVComment sortir de ce schéma et quitter le syndrome du Prince Charmant ?

Piste 1 : Etre votre bonne fée
Avant d’attendre que les félicitations et récompenses de votre travail soient reconnues par votre hiérarchie, commencez par valoriser vous-même ce que vous faites.
Adoptez un état d’esprit positif vis à vis de vous, identifiez ce que vous faites bien, vos points forts, vos talents naturels, ce que vous avez apportez, ce à quoi vous voulez encore contribuer.

Piste 2 : Communiquer sur vos exploits
Et parlez en régulièrement avec votre hiérarchie. Ce n’est pas évident pour un manager de vraiment savoir ce que fait chaque membre de son équipe. Il a de multiples sujets à gérer et n’est pas toujours au fait du quotidien de chacun. Facilitez-lui la vie, racontez l’avancement de vos dossiers, les difficultés rencontrés et surmontées, les objectifs atteints. Demandez à avoir un point régulier entre vous, pour formaliser ces échanges.

Piste 3 : Clarifier vos idées
Parfois on attend quelque chose qui est confus, mal défini.
Ayez vous-même une idée claire de ce que vous voulez, de vos réalisations, de vos envies de projets et de nouvelles responsabilités, de votre souhait d’augmentation de salaire. Prenez du recul, faites le point, écrivez les éléments factuels de votre situation, vos besoins et vos aspirations, en adéquation avec vos valeurs et votre personnalité.

Piste 4 : Oser demander
Quand tout est clair pour vous, même si c’est difficile, même si vous avez peur de déranger, dépassez vos freins et oser demander ce que vous attendez !
Commencez par expliquer votre situation en étant factuelle et neutre, sans vous plaindre. Ensuite exprimez votre sentiment (je me sens frustrée, découragée…) Puis parlez de vos besoins, de ce qui est important pour vous, de ce qui vous anime. Vous vous ferez mieux comprendre de votre manager, qui aura plus envie de vous écouter. Et enfin formulez clairement votre demande !

Piste 5 : Oser insister
Si votre supérieur répond « non », ne baissez pas les bras pour autant. Restez ouverte et soyez à l’écoute de sa position et de ses propres besoins. Manifestez de l’empathie et reformulez ses arguments. S’il vous sent réceptive à sa situation, un dialogue pourra plus facilement s’établir entre vous. Montrez que vous le comprenez et en même temps exprimez à nouveau vos propres besoins et aspirations (plusieurs fois si nécessaire). Proposez alors des solutions alternatives et entamez une négociation pour arriver à un compromis satisfaisant pour vous deux.

En conclusion, soyons réaliste, définitivement pas de Prince Charmant à l’horizon.. Donc abandonnons notre posture d’attente. Revêtons une attitude proactive pour retrouver motivation, dynamisme, confiance et reprendre le contrôle de notre vie professionnelle.


Claire photoAvec son expérience d’expatriée, de mère de trois filles, et de professionnelle dans des entreprises internationales pendant 15 ans (supply chain, achat…), Claire a ajouté une corde à son arc en devenant coach (certifiée ICF) pour Expat Communication. Elle se consacre aujourd’hui à sa passion : le coaching. Elle accompagne les expatriés dans la réussite de leur aventure à l’international au niveau personnel, familial et professionnel. Envie d’en savoir plus, contactez :
 claire.aladel@expatcommunication.com.

 

Pour aller plus loin :
La femme expatriée et le syndrome de l’imposteur…
Regard de coach sur le syndrome de l’imposteur

boutons NL EV

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre