A propos de l'expatriation Avant le départ Salariat

5 pistes RH à explorer avant le départ pour blinder son expatriation

5_pistes_RH_a_explorer_avant_le_depart_pour_blinder_son_expatriation_760_520L’expatriation est un pari qui peut tourner très mal. Quels sont les points à valider pour limiter les risques ? Voici un retour sur expérience bien utile à lire avant un départ à l’étranger.

Tout s’annonçait pour le mieux pour Marc et Sabrina. Un poste de responsable Europe du Sud pour Marc et Lisbonne pour trois ans ! L’expatriation de rêve. Les enfants à l’école internationale. En trois mois, tout était bouclé, l’occasion était trop belle. Un an plus tard, le mirage s’est dissipé. Le poste n’était pas du tout celui qui avait été décrit et visiblement, le profil de Marc n’est pas non plus celui qu’attendait le directeur de la filiale portugaise. Un retour prématuré signe la fin de l’aventure. Crise professionnelle, de couple, familiale.

Comment éviter ce type de situation ?

On refait le match avec Marc qui a tiré de cette expérience traumatisante, puis de deux autres mobilités mieux réussies, 5 pistes RH pour blinder son expatriation.

1- Clarifier le projet

Comme une majorité d’expatriés, Marc est parti dans le cadre d’une organisation matricielle. Un chef hiérarchique et plusieurs boss fonctionnels. Sa fiche de poste, ou « job desc » dans son jargon, a été rédigée par son chef, après négociation avec les différents services impliqués dans le projet. Marc a pris cette mission pour argent comptant. Or quand il est arrivé, il s’est heurté à une indifférence généralisée. Il lui a fallu six mois pour comprendre que son boss local ne l’entendait pas du tout de cette oreille et que son poste reposait sur un certain malentendu et beaucoup de mauvaise foi.

On refait le match, le REX :

Avant d’accepter la mission, rencontrer ou au moins appeler tous ses futurs patrons et clients internes et valider avec eux le contenu de la mission, les objectifs, les moyens et le type de reporting attendu.
Finalement, il vaut mieux une opposition frontale au départ qui montre que tout le monde sait pourquoi vous êtes-là plutôt que de ne pas être accueilli du tout.

boutons NL EV

2- Valider ses appuis

Quand Marc s’est retrouvé en difficulté, il a appelé son ancien boss à la rescousse, celui qui l’avait choisi, imposé à la filiale et qui avait conçu la magnifique mission si peu consensuelle que Marc avait dû mettre en œuvre. Et c’est là finalement que le projet a sombré : ce personnage pivot du projet avait quitté l’entreprise, emportant avec lui l’historique et la vision de la mission. Sans soutien politique, la position de Marc était intenable.

On refait le match, le REX :

Le départ du garant du projet est un grand classique des expatriations catastrophes. Pour s’en prémunir, il est utile de se trouver un mentor avant de partir ; une personne à la fois reconnue et peu exposée qui pourra vous tenir au courant de ce qui se passe au siège, vous soutenir politiquement et vous conseiller en cas de difficulté.

3-Impliquer toutes les cordes RH

Le départ s’étant déroulé de façon précipitée, Marc s’est peu investi auprès des RH. Il a négocié son contrat comme il l’a pu avec l’équipe Com&Ben et s’est concentré sur sa mission et l’installation de la famille.

On refait le match, le REX :

Quatre niveaux RH sont normalement impliqués dans le départ, mais comme les cas particuliers sont souvent chahutés, il est préférable de valider soi-même que chaque case est cochée. L’équipe mobilité internationale, rattachée en général au Comp&Ben (admistration RH) met au point le contrat et les conditions d’expatriations. Les RH de l’unité accueillante appliquent ce contrat. Il faut aussi s’assurer que les RH de l’unité cédante gardent un dossier clair où les dispositions concernant le retour sont écrites et enregistrées. Il est utile aussi de rencontrer les équipes talents (ou développement RH). En cas de problème, ce sont les seules qui pourront s’occuper de vous en tant que personne potentiellement utile pour l’entreprise.

4-Intégrer la famille

Trois ans à Lisbonne, c’est indiscutablement une chance ! Et donc, il est inutile d’approfondir le sujet. Sabrina a suivi avec les enfants, avec enthousiasme et aussi des inquiétudes, mais sans projet la concernant. Une fois sur place, elle a pris quelques mois à recalibrer sa vie en fonction de la réalité locale qui s’est révélée très différente de ses attentes. Avec du temps, elle aurait pu sans doute tirer son épingle du jeu. Mais confrontée dès le départ aux difficultés de Marc, elle ne s’est pas investie et finalement n’a été que trop heureuse de rentrer dès que cela a été possible.

On refait le match, le REX :

Trop d’expatriations échouent parce que le conjoint ne trouve pas sa place dans l’aventure. Une préparation spécifique pour le conjoint l’aide à mieux s’intégrer. Une communication de couple intense est indispensable dans ces périodes où toutes les cartes de la famille sont rebattues.

5-Se préparer en profondeur

Le mouvement a été très rapide, Marc a débarqué sans avoir eu le temps d’apprendre le portugais. Il avait été briefé par le siège sur l’état inquiétant de la filiale et l’urgence des changements à mettre en œuvre. Il a cherché à s’imposer dès le début. En trois jours, il était considéré comme l’œil de Moscou et toute l’équipe locale se méfiait de lui.

boutons NL EV

On refait le match, le REX :

Dans le maelström du départ, tous les instants gagnés pour apprendre la langue locale et pour mieux comprendre la culture permettront d’avancer ensuite de façon plus efficace. Identifier la complexité des enjeux interculturels permet de devenir prudent et encourage à observer avant d’agir. Ce qui finalement, à l’étranger, fait souvent gagner du temps.

Cette expatriation avortée a été extrêmement pénible pour Marc sur le plan familial et professionnel. Il a dû changer d’entreprise. La famille a été durablement secouée. Mais finalement, cette expérience difficile a permis à Marc de mûrir. Elle a été une des bases du succès de ses mobilités suivantes. Si son expérience peut vous permettre de réussir votre expatriation du premier coup, il en sera ravi !

Propos recueillis par Alix Carnot

Portrait Alix Carnot

 

Directrice Associée chez Expat Communication et auteur de "Chéri(e) on s'expatrie : guide de survie à l'usage des couples aventuriers".

 

Pour aller plus loin :
Nouvelle expatriation, vous ne ferez jamais plus rien par hasard !
Le couple et la carrière en expatriation : conseils d’Alix Carnot à ces Expat Heroes
Article Premium : Pourquoi la double carrière est-elle si importante ?
Article premium : Je suis mon conjoint à l’étranger : Pourrai-je travailler ? Panorama d’ensemble

 

boutons Retour a FXP

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre