Salariat Témoignages d’expats salariés

Reconversion insolite : de cadre à charpentière de marine

reconversion charpentière de marine

©Stéphane LeDauphin

Les difficultés rencontrées par Mélanie en première partie de vie professionnelle lui ont permis de choisir la voie de la reconversion. Aujourd'hui elle vit près de San Francisco et travaille comme charpentière de marine dans un chantier naval. Elle anime également des ateliers. Voici les étapes du chemin de sa réinvention.

  • Son parcours avant sa reconversion

J'ai obtenu mon master en Génie des systèmes industriels - spécialité qualité sécurité environnement - où j'ai été major de promotion pour la première fois de ma vie!

J'ai commencé en contrat d'apprentissage dans une startup en tant que responsable qualité. Un an après, j'étais embauchée en CDI comme Responsable Production. J'ai mis en place  l'organisation qualité adaptée pour accompagner le pic de croissance de l'entreprise et piloté la transition des prototypes en fabrication de masse. Un début de vie professionnel trépident, dense.

  • Pourquoi une reconversion professionnelle?

Et puis j'ai fait un burn out au bout de 3 ans.

Je croyais avoir des choses à prouver. Je pensais que si ca fonctionnait mal c'était parce que je ne faisais pas assez bien. Quitter l'entreprise aurait été un échec personnel. Alors je me suis accrochée. Et je me suis effondrée du jour au lendemain. Je ne pouvais plus marcher, j'étais au bout de mes forces. J'avais tout donné. J'ai vécu un véritable naufrage et il m'a fallu du temps pour me relever.

Quand je me suis sentie un peu mieux, je me suis dans un premier temps acharnée à retrouver un poste équivalent. Mais je me suis rendue à l'évidence que je n'avais plus l'envie ni l'énergie. Je voulais faire quelque chose de plus authentique, de plus concret. Je m'imaginais en bleu de travail au milieu d'un atelier qui débordait d'outils!

  • Les étapes de cette reconversion professionnelle

Un psychologue m'a accompagnée durant toute cette période de grands bouleversements. Cela m'a beaucoup aidé à faire des choix différents et à écouter mon instinct.

J'ai réussi à négocier une rupture conventionnelle, ce qui m'a permis d'ouvrir des droits au chomage.

Identifier une formation

Un matin, quelques mois plus tard, en buvant mon café avec une amie, je me suis mise en tête de devenir artisan, mais je ne savais pas encore de quoi!

Tout est allé très vite. Je suis allée sur internet pour faire défiler la liste de tous les CAP existants en France... Et puis mes yeux se sont arrêtés sur la formation "Charpentier de Marine"!!!

Trouver une expérience sur un chantier

Mon coeur s'est emballé... C'était ce que je voulais faire! Dans la foulée, j'ai cherché des chantiers navals, les plus artisanaux possibles, avec des bateaux en bois. Le premier de la liste (chantier naval Borg, entreprise du patrimoine vivant) m'a complètement fait rêver et j'ai envoyé un mail.

Le jour même le patron de ce chantier m 'a téléphoné surpris. Il ne comprenait pas ma demande! Je lui ai expliqué mon souhait de découvrir son univers. Et je l'ai convaincu que j'étais très forte pour passer le balais... Il m'a proposé de venir comme volontaire une semaine. Le lundi d'après je prenais ma voiture, et de Roubaix, j'ai traversé la France direction Marseille!

15 jours plus tard,  je déménageai car j'étais embauchée  pour restaurer une pilotine de 17 mètres! Chantier d'un an!

Suivre une formation

Ce patron bienveillant m'a pris sous son aile. Petit à petit il m'a appris le métier. Lorsque le bateau a été mis à l'eau, j'ai alors décidé de devenir Charpentière de Marine. Et j'ai passé mon CAP  au greta de Marseille.

  • Une reconversion comme charpentière de marine aux USA

Aujourd'hui, je suis Charpentière de Marine à Sausalito (à coté de Sans francisco).  Ma mission : restaurer des bateaux! Je change des pièces structurelles telles que les couples (les cotes du bateau) ou les bordés (les planches de la coque), les barrotins ou les jambettes. Je restaure ou crée des ponts en teck, je refais des capots ou des portes, des banquettes.

J'ai également créé des workshops dédiés aux femmes une fois par mois au sein des ateliers du chantier Spaulding Marine center. Je commence toujours par un petit déjeuner et une séance de méditation pour être ancré dans l'instant présent et ainsi pouvoir apprécier pleinement l'experience du bois! Je favorise les petits groupes pour faciliter les échanges, personnaliser les conseils. Chaque atelier dure toute la journée. Les projets réalisés sont variés : des casse-têtes chinois, des rames, des bancs de méditation, des tables basses, des lampes sur pied design, ...

Le lieux est magnifique, au bord de l'eau, entouré par les bateaux... On profite : chacune a son rythme, prend le temps de prendre le temps pour se concentrer sur la qualité (ma formation de base finalement!).

Je m'occupe aussi de classes de collégiens qui viennent une fois par semaine avec leur école, nous fabriquons les guitares électriques, des maquettes de bateau, des jeux de dames, des skates boards, des paddles boards...

Enfin, les volontaires sont toujours les bienvenus au chantier. Actuellement on a un bateau qui a un peu plus de 100 ans (son petit nom c'est Mavis) qui aurait besoin d'être sauvé. Je recherche donc des bras et des donateurs aussi!

  • Les démarches pour travailler aux USA

Je suis arrivée avec un visa E2 spouse. Pour l'obtenir j'ai fait plusieurs démarches dont le DS-160 à remplir en ligne et le I-765. Des photocopies, des certificats, un rendez-vous à l'ambassade de France à Paris... et c'était tamponné pour mettre le pied sur le sol américain.

Ensuite une fois aux Etats-Unis, j'ai fait les démarches pour obtenir mon numéro de sécurité sociale et mon autorisation de travail. En attendant, j'ai travaillé comme bénévole pendant 6 mois avant de recevoir la fameuse carte d'autorisation de travail et enfin pouvoir être payée.

Je suis employée. Et de temps à autre je travaille en freelance.

  • Les difficultés rencontrées dans cette reconversion

Les finances! J'ai divisé par deux mes revenus et j'ai du beaucoup travailler bénévolement ou pour pas grand chose. Après 2 ans et demi j'ai enfin eu un vrai salaire.

C'est très difficile de redevenenir une débutante. Maintenant ça fait 3 ans et je commence seulement à me sentir à l'aise dans une grande partie des projets et je découvre encore tous les jours.

  • Conseils à ceux qui n’osent se reconvertir

C'est mieux d'éviter d'aller jusqu'à la dépression avant de se décider. Mais malheureusement c'est souvent ça qui arrive. J'avais bien trop peur de renoncer à mon statut de cadre si durement obtenu après tant d'années d'études.  J'ai eu la chance d'être soutenue par mon entourage.

Quand on se pose trop de questions, que l'on commence à aller mal, un soutien psychologique est d'une aide précieuse. Certains préféreront des coachs, d'autres liront des bouquins ou essaieront de rencontrer des personnes qui vivent des étapes de vie similaire.

Prendre du recul est une bonne chose aussi. J'ai fait une randonnée seule avec un âne pendant 10 jours un mois avant d'avoir le déclic de la reconversion. Cela a surement joué ! Et je fais du yoga, ce qui m'aide à avoir de nouvelles idées et un état d'esprit positif!

Et pour finir, je n'ai jamais entendu quelqu'un  regretter de s'être reconverti. Ou alors ils se cachent ! Alors écoutez vous et osez !

Mélanie Lopez - Charpentière de Marine à Sausalito - USA

 

Pour en savoir plus sur les ateliers de Mélanie : OnlyWoodByMel - s'inscrire aux ateliers

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre