Job mode d’emploi Salariat

On vous propose de vous salarier en contrat local ?

On-vous-propose-de-vous-salarier-en-contrat-local-Cela-ne-doit-pas-vous-freiner-dans-votre-projet-d’expatriationEn partant travailler à l’étranger, il est désormais  plus que courant de passer par un contrat local. En effet, près de 80% des expatriés français le sont sous contrat local, alors ne nous inquiétez pas !

Mais comment éviter de mauvaises surprises en cas de perte de votre job, d’arrêt de travail ou de problèmes de santé ? C'est assez simple. Vous devez seulement être vigilant sur les points suivants :

1. Renseignez-vous sur le droit du travail « local »

La législation qui s’applique est quasi-systématiquement celle du pays dans lequel vous travaillez. A moins que votre contrat de travail n’en prévoie une autre. Mais que vous soyez au Brésil ou en Chine, il y a un principe à garder en tête. Votre contrat local doit vous procurer les mêmes droits et la même protection sociale qu’un Brésilien ou un Chinois.

Pensez à systématiquement vous renseigner sur la protection offerte en cas de licenciement (motif du licenciement, durée du préavis, assurance chômage) ou concernant la prise en charge des frais de santé et d’hospitalisation.

Si votre entreprise actuelle vous propose une mobilité en contrat local dans l’une de ses filiales à l’étranger, n’hésitez pas à demander, en cas de licenciement par la filiale, à être rapatrié et réintégré au sein de la société-mère en France (article L. 1231-5 du Code du travail). Vous pouvez également demander une prise en charge de vos assurances santé et arrêt de travail.

Il n’y a pas de bon ou mauvais contrat de travail lorsqu’on s’expatrie. Il faut juste analyser et anticiper les changements positifs ou négatifs engendrés… Ensuite, il vous reste seulement à arbitrer pour éviter de vous retrouver en difficultés lors d’une maternité, d’une hospitalisation ou d’un licenciement.

2. Négociez votre salaire

L’impôt sur le revenu est dans beaucoup de pays prélevé directement par l’employeur, via le fameux prélèvement dit à « la source ». Renseignez-vous sur les taux de cotisations sociales et d’impôt sur le revenu dans votre pays de destination. Comparez votre salaire net en France et celui qui vous est proposé à l’étranger. Ensuite, pensez à rajouter le surcoût d’une bonne protection sociale. L’important est de bien analyser son « restant à vivre » et les frais supplémentaires d’une expatriation.

3. Réfléchissez à votre protection sociale

Embauché en contrat local, vous ne dépendez plus du système français, mais du régime de sécurité sociale de votre pays d’accueil. Et là, attention, il y a de très grandes disparités selon les pays. Les règles applicables ne sont pas les mêmes à New York, Singapour ou Mexico. N’hésitez pas à faire un point avec une spécialiste telle que Karine BREMARD. Votre protection et sa prise en charge seront inévitablement très différentes de celles que vous aviez en France ! Renseignez-vous sur les protections de votre pays d’accueil pour l’assurance maladie et maternité (le cas échéant, une mutuelle personnelle sera-t-elle nécessaire et à quel prix ), les arrêts de travail, le décès, le chômage.

Sachez également que pour conserver une protection sociale équivalente au régime français, il est possible de continuer à cotiser à titre volontaire à la sécurité sociale française en vous enregistrant à la Caisse des Français à l’Etranger (CFE) et à Pôle emploi expatriés. Cela est relativement onéreux, mais le coût de ces protections peut être négocié avec votre employeur d’origine. Faire un point avec un spécialiste tel que CAP’Assurances, vous évitera bien des déboires et d’importantes économies à la clé.

Karine Bremard se fera un plaisir de répondre à vos questions et joignable sur son portable au + (0)22770765 ou par mail à kbremard@cap-assurances.net

logo Cap Assurances

AGENCE ILE DE FRANCE
25 rue de Ponthieu
75008 PARIS
+33 (0)1 45 63 48 07

AGENCE COTE D'AZUR
27 rue Hôtel des Postes
06000 NICE
+33 (0)4 93 04 48 25

Ce texte est un publi-rédactionnel

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre