A propos de l'expatriation Enquêtes et publications Expat et Carrière

Impact de la mobilité internationale sur la vie et la carrière des expats – Résultats enquête 2019

Ça y est, après un an de travail acharné, les résultats de la 3ème vague de la grande enquête Expat Communication - CFE sur l’impact de la mobilité internationale sur la vie et la carrière des expatriés sont enfin prêts.
Or, le savez-vous, cette enquête est étroitement liée à l’existence même du site Expat Value.

En partenariat avec la CFE, Expatcommunication partage avec vous les résultats de l'enquête à travers son Facebook Live : Découvrez la vraie vie des expats : vie Pro et vie Perso

Coup d’œil dans le rétroviseur.

En 2015, Expat Communication lance la toute première enquête française sur la double carrière en expatriation.
L’objectif : étayer le livre sur le couple en expatriation qu’Alix Carnot est en train de boucler.
Résultat : Chéri on s’expatrie sortira chez Eyrolles avec de solides appuis statistiques. Mais surtout, l’enquête initie un changement majeur dans la communauté expatriée. Contre toute attente, le questionnaire collecte plus de 3000 réponses et devient viral chez les conjoints expatriés.

Ces derniers y voient un espace pour faire entendre leur voix. Enfin, la question de la carrière du conjoint expatriée est posée haut et fort. Les chiffres surprennent l’opinion public. Quand un couple est envoyé en expatriation dans :

  • 91% des cas, c’est l’homme qui est expatrié et la femme qui endosse le rôle de conjoint ;
  • 80% de ces conjoints voudraient travailler ;
  • 33% ont le sentiment d’avoir fortement sacrifié leur carrière.

Les verbatims recueillis sont si puissants que nous décidons de créer un groupe Facebook pour permettre aux personnes concernées d’échanger entre elles. En voici un exemple : « mari parti, enfants envolés, pas encore de travail. Je ne regrette rien ! ». Le groupe ainsi constitué s’appelle Expat Value - Votre carrière à l'étranger et au retour en France.

Puis il donne lieu à un blog. Et à un site. Vous comprenez donc pourquoi l’histoire de ce site est inséparable de la grande enquête et pourquoi il est si important pour nous d’en partager les résultats avec vous.

Un immense merci pour votre implication pour la grande enquête.

Une fois de plus, vous avez été au rendez-vous. Grâce à vous tous et à nos fidèles partenaires, nous avons collecté plus de 7600 réponses qui nous permettent de démonter bien des clichés et de faire mieux connaître la réalité de nos vies d’expatriés. C’est plus de 2 fois le nombre de réponses collectées il y a deux ans.

Bien entendu, nous allons décortiquer ces résultats en profondeur et les partager en détail avec vous.

Vous trouverez une analyse générale de l’enquête sur le site femmexpat.com. Notre focus sur Expat Value portera logiquement sur la carrière en expatriation.

Homme ou femme, qui est l’expatrié ?

Repartons du chiffre qui a fait le scoop des vagues précédentes : quand un couple est envoyé par une entreprise, quel est le pourcentage de cas où c’est la femme qui est muté et l’homme qui accompagne ? L’amélioration est lente. Nous avons gagné un point en quatre ans :

  • dans 90% des cas c'est encore l'homme qui est expatrié et la femme qui suit.

Pourtant, les femmes sont de plus en plus nombreuses parmi les expatriés d’entreprise, jusqu’à 40% dans certaines entreprises. Mais elles partent plus fréquemment seules.

Est-on plus heureux de son expatriation si l’on part en contrat local ou si l’on est expatrié d’entreprise ?

La différence n’est pas notable, tous sont globalement très satisfaits de l’expérience (86 ou 87%). Seuls ceux qui cherchent un emploi se distinguent avec « seulement » 72% d’expérience positive.

C’est plus dans les détails que l’on verra la différence :

  • 66% des expatriés d’entreprise estiment avoir progressé dans leur carrière ;
  • 39% pour le reste du panel ;
  • 17% pour les conjoints.

La plus grande différence réside sur le plan financier :

  • 75% des expatriés d'entreprise considèrent que leur niveau de vie a augmenté à l’étranger;
  • 57% pour le reste du panel ;
  • 15% des personnes interrogées voyant même leur niveau de vie diminuer à l’étranger.

Les expatriés d’entreprise résident moins souvent dans un pays riche :

  • 44% des expatriés d’entreprise vivent dans les 25 pays les plus riches par rapport ;
  • 63% pour le reste du panel)

Et moins souvent dans un pays sûr :

  • 12% des expats d’entreprise habitent dans les 20 pays les plus sûrs pour ;
  • 27% pour le reste du panel).

Ils ont aussi habité en moyenne dans 4 pays. Une belle expérience qui a un coût personnel important. Notamment le fait que seuls 40% de leurs conjoints travaillent.

Tous se rejoignent enfin en termes de développement personnel (62%) et de connaissance d’une nouvelle culture (63%).

Qu’apprenons-nous sur l’expérience professionnelle des expatriés ?

Sur le plan professionnel, nous confirmons que les personnes qui osent l’aventure internationale sont extrêmement diplômées (70% de bac + 5 et davantage) et parlent 3 langues en moyenne. Les diplômes les plus représentés concernent l’économie et le business (32%, et même 42% pour les expatriés d’entreprise) et les ingénieurs (12%, et même 23% pour les expatriés d’entreprise).

Les fonctions qu’ils occupent sont :

  • 27% dans le domaine marketing/ventes;
  • 19% dans la direction d’entreprise ;
  • 17% d’indépendants/entrepreneurs et professions libérales ;
  • 18% dans l'enseignement.

Bien plus que l’aide de leur entreprise (dont ils sont globalement satisfaits), leurs principaux facteurs d’intégration professionnelle sont leur enthousiasme personnel (74%) et l’accueil des équipes locales (34%).

Les trois plus grandes difficultés professionnelles en expatriation sont, dans l’ordre :

  • la langue (28%) ;
  • la culture professionnelles locale (23%) ;
  • l’inquiétude pour l’avenir (23%).
  • le rythme de travail, préoccupation majeure pour les expatriés d’entreprise (pour 29% d’entre eux contre 18% pour le reste du panel) ;
  • le stress (pour 25% des expatriés d'entreprise et 21% pour le reste du panel).

Il faut bien sûr comparer ces résultats avec ce qu’en disent les expatriés de retour :

  • la plus grande difficulté professionnelle au retour est de valoriser son expatriation (30% et même 40% pour les expatriés d’entreprise) ;
  • la solitude au bureau lorsque l’on revient est aussi un enjeu majeur (28% du panel la cite dans les 3 principales difficultés professionnelles du retour) ;
  • les jeux politiques heurtent 20% des expatriés d’entreprise de retour.
  • seuls 25% à persistent à trouver le bilan positif pour leur carrière au retour (46% pour les expatriés d’entreprise).

Mais rassurez-vous, s’il fallait recommencer, 85% d’entre eux le ferait !

Nous avons encore des foules d’informations à partager avec vous, notamment concernant la recherche d’emploi des conjoints, les barrières à l’emploi et les facteurs de réussite.

Pour vous abonner à la newsletter d'Expat Value
Pour vous abonner à la newsletter de FemmExpat
Rejoindre la page Facebook Expat Value et le groupe Facebook Expat Value
Rejoindre la page Facebook FemmExpat et le groupe Facebook FemmExpat
Nous suivre sur Instagram

Nous remercions encore profondément tous les partenaires qui ont rendu cette enquête possible et un immense bravo à Caroline de Courcel, notre valeureuse chef de projet qui a succédé avec brio à Marie-Alix d’Hausen qui a lancé avec tant de talent cette aventure.

Et vous trouverez aussi des analyses par nos sponsors et partenaires que nous remercions  également vivement pour leur soutien fidèle :

Nos sponsors :

BANDEAU_ENQUETE_2019_SPONSORS

Nos partenaires pour la diffusion de cette enquête :

Partenaires-Enquête-2019

Alix Carnot

Portrait Alix Carnot

 

Alix Carnot est Directrice Associée chez Expat Communication, l'éditeur d' Expat Value et FemmExpat - Auteur de Chéri(e) on s'expatrie, guide de survie à l'usage des couples expatriés.

 

 

Expat Value vous recommande également de lire :
Enquête 2015 sur la double carrière en expatriation
Enquête 2017: l’expatriation et la double carrière

 

 

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre