Expat et Carrière Mise en oeuvre

Comment dépasser sa crainte de parler en langues étrangères

crainte parler langues etrangeresDevoir s’exprimer dans une langue étrangère régulièrement au travail comme dans le quotidien n’est pas simple pour tout le monde. Les expatriés en savent quelque chose. La crainte de parler en langues étrangères est inhérente au processus d’apprentissage et il est difficile d’y échapper même si nous ne réagissons pas tous de la même façon. Cécile Guenebaut, du cabinet Odacil Coaching nous donne les clés pour mieux comprendre ce phénomène et vous aider à le surmonter.

Comment se manifeste la crainte de parler en langues étrangères ?

Cette appréhension peut se manifester différemment selon les situations que vous rencontrez et selon l’intensité de la crainte ressentie.  Dès que vous devez prendre la parole en réunion, devant un groupe, ou même avec une seule personne, vous pouvez éprouver tous les symptômes physiques liés au stress (mains moites, bégaiement, mutisme, palpitations). Si le niveau d’appréhension est peu élevé, il se peut tout à fait que vous n’éprouviez aucun symptôme physique. En revanche, un panel de réactions émotionnelles caractérise cette appréhension très spécifique. Notamment, vous avez :

  • tendance à vous mettre en retrait alors que vous ne le faites pas d’habitude lorsque vous parlez dans votre langue maternelle ;
  • peur que les autres ne vous jugent de manière négative ;
  • honte de parler en faisant beaucoup d’erreurs alors vous préférez ne rien dire.
  • un sentiment de dévalorisation car vous avez des difficultés à donner votre opinion ou développer des idées plus complexes.

Vous vous serez certainement reconnu dans l’un de ces points en tant qu’expatrié et apprenant une langue étrangère.

Qui est concerné par l’anxiété langagière ?

Tout le monde peut un jour être embarrassé à l’idée de s’exprimer dans une langue étrangère. Enfants, adolescents, étudiants, adultes… et parfois même des profils inattendus, je pense notamment à :

  • Des personnes ayant fait des études supérieures, à qui l’on confie des postes à responsabilités, socialement et professionnellement bien intégrées, soucieuses de bien faire avec de l’ambition pour elles-mêmes et leur job.
  • Des personnes bilingues. En effet, le bilinguisme équilibré, c’est-à-dire lorsque les niveaux de compréhension et d’expression sont équivalents dans les deux langues, relève souvent du mythe ! Celui-ci est rarement atteint et demeure un équilibre fragile. Ces personnes peuvent donc se sentir mal à l’aise ou avoir peur de s’exprimer dans l’une des deux langues.
  • Les personnes sensibles à leur environnement seront plus gênées à s’exprimer en langues étrangères alors que les personnes extraverties le sont moins.

Autre particularité : il est possible d’éprouver cette crainte au sujet d'une langue en particulier mais pas pour une autre et ce indépendamment du niveau que nous avons dans ces langues.

Quel est impact de l’anxiété langagière sur la vie professionnelle ?

Pour les expatriés ou les cadres travaillant à l’international, le stress et la crainte de s’exprimer en langues étrangères est loin d’être anodin. Qui n’a pas eu peur de mener une réunion ou de s’exprimer face à des collaborateurs dans leur langue ? Cette peur peut entraîner une perte de crédibilité face à un interlocuteur et à un auditoire si la personne a du mal à gérer son émotion (bégaiements, tremblements de la voix etc.) ou si elle adopte une attitude où elle s'efface alors qu'on attend d'elle qu'elle intervienne.

Parfois, l’anxiété est telle que vous choisissez de ne plus vous exprimer dans la langue du pays et préférez une langue tierce comme l’anglais.

Dans tous les cas, ce phénomène qui est une réaction émotionnelle agit de manière subtile et sournoise et il vous empêche de réagir et d'agir comme vous le souhaiteriez.

Résultats ?

  • Vous serez moins persuasif et convaincant face à vos interlocuteurs ;
  • Vous aurez plus de mal à incarner le leadership nécessaire pour mener des réunions des négociations avec un client ou des prises de décision à communiquer en interne ;
  • La relation avec vos clients sera moins fluide et plus longue à bâtir.
  • Vous pourrez tout à fait mener vos missions à terme mais vous prendrez un chemin plus long qui n’est pas sans obstacles ni stress.

boutons NL EV

Quelles solutions adopter pour remédier à la crainte de parler en langues étrangères ?

Pour dépasser cette crainte, vous pouvez déjà agir à titre personnel. Je vous recommande pour cela de travailler en priorité sur vos propres croyances limitantes car c’est là où tout se joue.

  • Acceptez de faire des phrases imparfaites. Votre audience sera plus compréhensive que vous ne le pensez. Elle ne vous jugera pas sur la qualité de la langue mais sur votre expertise. Vos efforts seront toujours accueillis avec enthousiasme et récompensés.
  • Évitez de vous comparer aux autres.
  • Concentrez-vous sur ce que vous avez réussi ! Vous avez certainement eu des petites et grandes victoires avec cette langue qui vous donne du fil à retordre. Soyez-en fier !
  • Analysez ce qui vous fait peur et ce qui vous empêche d’agir.

Et les cours de langues ?

Vous pouvez continuer à prendre des cours de langues pour enrichir votre vocabulaire et pratiquer. Cependant, sachez que les cours n’enlèvent pas pour autant la crainte de s’exprimer. Le stress n’est pas lié à vos compétences réelles mais à des situations données et aux représentations que vous vous faites de celles-ci. Vous verrez que votre fluidité en langue n’est pas la même lors d’une réunion professionnelle qu’à l’occasion de rencontres plus informelles où vous ne vous sentez pas jugé.

Agir au niveau du stress

Le stress diminue sensiblement nos moyens et notre capacité réelle à nous exprimer avec ce que nous savons. Il est donc préférable de travailler sur ses causes.

Si vous n’arrivez pas à dépasser cette anxiété et qu’elle représente pour vous un handicap professionnel, même temporaire, vous avez la possibilité de vous faire accompagner pour travailler sur les situations bloquantes et pour gagner en bien-être.

Des solutions en entreprise

Des solutions peuvent également être mises en avant : certaines méthodes managériales prennent en compte cette appréhension et les émotions appliquées au contexte de langues étrangères. Par exemple, les locuteurs natifs doivent parler plus lentement, expliquer, donner plus de temps à l’autre pour répondre. Parions sur le fait que ce mode de management rencontrera le succès qu’il mérite dans les années à venir.

Une étude pour vous aider !

Les études commencent à émerger pour mieux comprendre le phénomène de la crainte de parler en langues étrangères en entreprise. Vous avez envie de donner votre avis ? Participez à l'enquête d'Odacil Coaching sur l’appréhension à communiquer en langues étrangères dans un contexte professionnel.

Participer à l’enquête

Notre objectif est de donner aux entreprises un nouvel angle pour aborder les problèmes multidimensionnels de la barrière langagière et de la communication interculturelle. Vos réponses nous permettront de faire connaître la place de l’appréhension à communiquer en langue au travail et faire émerger un phénomène émotionnel naturel faisant partie intégrante de l’usage d’une langue étrangère.

A propos d’Odacil Coaching

Odacil Coaching accompagne les particuliers et les professionnels à passer à la vitesse supérieure en langues vivantes. Grâce à notre méthode de coaching, nous les aidons à prendre de l’assurance en langues étrangères en dépassant les situations les plus stressantes pour eux. En bénéficiant de nos accompagnements, ils réussissent à s’exprimer en toute confiance avec leurs acquis. Pour en savoir plus : https://www.odacil-coaching.com/

Expat Value vous conseille également : 

Nul en langues ? Ah bon ? Êtes-vous si sûrs ?
Apprentissage des langues : 3 stratégies réalistes.
Formation interculturelle avant une expatriation : indispensable !

boutons NL EV

 

Parce qu'un départ en expatriation ne s'improvise pas, Expat Communication accompagne depuis 2001 chacun des acteurs de la mobilité internationale sous la devise « Together, we care for expats » et propose :

  • Des stages départ : un accompagnement indispensable pour préparer son départ et faciliter son adaptation sur place.
  • Des stages retour : une journée pour les collaborateurs ou pour les conjoints, pour faire le point. Relire son expatriation, avancer sur ses projets de retour et échanger avec d’autres personnes qui sont dans la même situation. Une bulle d’esprit expat avant de plonger dans le bain du retour.
  • Un accompagnement individuel : une coach, ancienne expatriée elle-même, vous aide à élaborer et mettre en œuvre votre projet. Service disponible à Paris ou par skype avant votre retour. Vous n'êtes pas sûr de vous ? Expat Value vous propose 30 minutes pour décider.
  • Le job booster cocoon (Retour à l’emploi après une expatriation ): des groupes d’expatriés, hommes et femmes, boostent leur carrière en s’entraidant pour définir et obtenir le job de leurs rêves. Pour garder l’esprit innovant, débrouillard et solidaire de l’expatriation qui fera rebondir leur carrière. A Paris et à San Francisco.

2 Commentaires

  • En plus du travail personnel pour identifier les causes de cette apprehension, il est possible de gagner en confiance grâce à une bonne préparation.
    Quand un meeting, qu’il soit interne ou avec des clients ou fournisseurs, est planifié ces deux pratiques vous aideront à vous sentir plus en confiance:
    1- préparez au maximum le contenu du meeting dans la langue cible. Evitez autant que possible de passer par le français mais développez cette habitude de penser au maximum dans la langue étrangère concernée. Très souvent, cette langue est associée au travail, à une activité particulière. Concentrez votre apprentissage de la langue sur les thèmes, les phrases et le vocabulaire qui vous seront le plus utiles.
    2- avant le meeting en groupe, planifiez un meeting avec une seule personne – manager ou collègue qui soit votre équivalent – qui sera présente au meeting. Revoyez ensemble les points clefs. Que cette personne soit francophone ou non, qu’elle parle anglais ou non, mettez vous d’accord pour n’utiliser que la langue étrangère qui sera parlée pendant le meeting.
    De cette manière votre esprit sera prêt et en ‘mode langue étrangère’ lorsque vous rejoindrez votre meeting, client, fournisseur, etc.
    Faites de ces deux points une routine et vous noterez un gros changement très rapidement.
    Bien sûr c’est une discipline, mais qui en vaut la peine!

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre