A propos de l'expatriation Expat et Carrière

Mobilité internationale et Covid-19 – le cas Adeo

Mobilité internationale et Covid-19Selon un sondage d’Expat Communication auprès des expatriés, près de 90% d’entre eux sont toujours dans leur pays d’expatriation. Dans cette situation de crise du Covid-19 et d’incertitudes pour de nombreux expats et leurs familles, nous avons demandé à Sylvia O’Higgins, responsable Expatriation du groupe Adeo (Leroy Merlin) et à son équipe, de nous exposer leur politique de mobilité internationale. 

Votre groupe emploie environ 200 familles dans le cadre de la mobilité internationale dans le monde, expatriés ainsi qu'impatriés. Comment avez-vous géré l'arrivée du Covid-19 ?

Chez nous, 90 % des Français expatriés sont  restés dans leur pays. Au sein de notre groupe, la politique n’a pas changé avec le Coronavirus : à partir du moment où une famille a envie de rentrer, on rapatrie. C’est le premier point et c’est la première chose que nous avons indiqué à nos équipes.

Ce que nous avons fait ensuite, c’est appeler, dès la mi-mars, l’ensemble des expatriés et leurs conjoint (e)s. Notre priorité a été de s’occuper du rapatriement des personnes à la santé fragile : le fait d’entretenir une relation de proximité entre nos gestionnaires mobilité et les expats et leurs familles a bien aidé en ce sens ! Les autres sont restées.

Quel a été votre priorité ?

De travailler autant que possible au cas par cas, avec bon sens, et en laissant la liberté à nos collaborateurs de choisir.

Nous leur avons aussi dit : « attention, la France en confinement, ce n’est pas la France que vous connaissez habituellement. Ce n’est pas un retour de type « home leave » avec cousinades, fêtes, apéros de retrouvailles. » Pour beaucoup, rentrer signifiait revenir dans des conditions bien plus difficiles qu’en expatriation.

Parfois, j’ai eu l’impression qu’en étant loin, ils ne se rendaient pas compte de ce que c’est ce confinement en France. Il faut savoir que chez Adeo, nos expatriés sont logés dans de bonnes conditions alors qu'en France ils devraient prendre à ce moment un logement de dépannage...

Notre priorité c’est de conserver cette liberté tout en respectant les conseils des spécialistes, avec un credo « chacun son métier ». On travaille plus que jamais main dans la main avec plein de prestataires et de spécialistes. Si une famille souhaite rentrer par exemple, il faut aussi être certain qu’en matière d’immigration cela ne pose pas de problème : pourra t’elle rentrer ensuite ?

Un nouvel enjeu est apparu ces derniers jours avec la montée de l’insécurité due au Covid-19, comme en Afrique du Sud par exemple.

boutons NL EV

Comment les expats ont-ils réagi à cette crise ?

Dans ces moments très difficiles, il faut avoir beaucoup de bon sens, les pieds sur terre, et nos expats, du fait de leurs fonctions très opérationnelles (ils sont des commerçants) les ont bien. Ce sont des gens très posés, qui connaissent très bien leurs équipes sur le terrain. Mais ils sont accompagnés dans cette crise par une cellule spéciale, l’une chez Adeo, l’autre chez Leroy Merlin. Celle-ci est composée de profils très divers : sécurité, médecine du travail, juristes, spécialistes d’immigration, etc.

Mobilité internationale et Covid-19 :  quelle est aujourd’hui, en tant que responsable Expatriation votre plus grande difficulté ?

C’est l’aspect technique que pose cet arrêt d’activité forcée. C'est techniquement difficile de maintenir l'équité dans l'accompagnement des collaborateurs dont les statuts contractuels sont différents selon les pays d’origine et pays de résidence fiscale. Quid des conjoints qui se sont inscrits à Pôle Emploi mais qui ne sont pas encore partis ? Donc pour moi, ce sont ces questions très techniques.

Je salue à ce propos le travail d’échange très pro au sein du Cercle Magellan. Le benchmark auprès de collègues permet un gain de temps énorme. Nous n’hésitons pas non plus à solliciter l’expertise de cabinets fiscalistes très au point sur ces questions. Enfin, nous savons que nous pouvons s’appuyer sur les décisionnaires pays eux-mêmes. Nous avons confiance en eux et ils connaissent très bien ces sujets aussi.

Donc si l’on comprend bien, le mot d’ordre c’est proximité ?

Oui. Chez Adeo il y a un rapport de proximité depuis très longtemps avec nos expatriés. Ils ont le réflexe, même les familles, de nous appeler. Notre politique d’accompagnement est basée sur la famille et pas seulement sur le collaborateur.

Et donc, vos départs sont-ils maintenus ?

De notre côté, les choses ne sont pas gelées. On va sans doute retarder des départs prévus en juillet et les décaler à septembre.

Votre vision pour la sortie de crise ?

On met un pied devant l’autre. Avec la crise, on arrive à mieux identifier les sujets prioritaires pour la rentrée. Et vous savez quoi ? J’ai reçu cette semaine une demande d’embauche pour un profil international. Cela a été comme un bol d’air frais ! On est déjà en train de préparer, non pas un retour à la normale, mais un « nouveau départ ».

Mobilité internationale et Covid-19 : toute l'équipe d'Expat Communication se mobilise

Toute l'équipe d'Expat Communication : le réseau FemmExpat, le réseau Expat Value, ainsi que notre équipe de coachs à l'international se mobilisent pour accompagner les expatriés tout au long du Covid-19 et de cette période de confinement : cafés expat, webinaires thématiques, etc. En savoir plus.

logo - expat communication

Une expatriation ne s’improvise pas, faites-vous accompagner !

Expat Communication accompagne depuis 2001 chacun des acteurs de la mobilité internationale sous la devise « Together, we care for expats » et propose :

 

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre