A propos de l'expatriation Mon projet Outils recherche d’emploi

Le marché du travail à Bangkok

Le_marche_du_travail_a_bangkokVous arrivez à Bangkok, les yeux pleins d’étoiles et de fleurs de frangipaniers, et vous êtes gonflé à bloc pour trouver un job.
Quel enthousiasme ! Et bien compréhensible, puisqu’en 2018, le PIB de la Thaïlande a augmenté de 7% . De quoi vous attirer dans ce pays d’Asie. Mais où en est exactement le marché du travail en Thaïlande et plus précisément à Bangkok sa capitale ?

La législation du pays exige que dans une entreprise il y ait quatre employés Thaïlandais pour un étranger. Donc vous comprendrez que l’on ne fait pas ce que l’on veut dans les entreprises thaïlandaises et aussi internationales.
Seules les entreprises BOI -board of investment- font à peu près ce qu’elles veulent mais elles ne sont pas nombreuses.

Pour un étranger, il sera plus facile de trouver du travail dans une société internationale, que dans une entreprise thai, sauf si cette dernière veut se développer à l’international.
Concernant les profils, les ingénieurs ont plus de facilité que les commerciaux. Mais ont émergé aussi ces dernières années, les métiers des nouvelles technologies et du digital, qui peuvent être des portes d’entrées .

Définir ses objectifs

boutons NL EVComme pour tout, il faut de la préparation.
Être clair sur ce que l’on veut, sur son propre projet. Si vous venez d’une entreprise en France, ou votre chemin était pratiquement tout tracé en termes de carrière, vous allez devoir rebattre les cartes, et réellement faire un point et un arrêt photo sur votre vie professionnelle. Qu’ai-je envie de faire en réalité, quelles sont mes vraies aspirations, comment mixer ceci avec mon expérience ?

Savoir se vendre

Compliqué d’avoir à se vendre. Car même si on est un bon commercial, cette fois-ci le produit c’est vous. Un produit qui se vent bien est un produit que l’on connaît, et là, en l’occurrence c’est vous que vous devrez connaître à fond.
Faire un CV adapté à la culture, dans lequel, vous aurez détaillé non seulement vos expériences, mais pas seulement, mettez des faits et des chiffres.

Comprendre les réalités du terrain

  • Sachez qu’il y a de très grandes chances que vous soyez embauché en contrat local :
    Votre salaire ne sera probablement pas à la hauteur de vos espérance, moindre qu’en France pour le même poste. Êtes-vous prêt à l’accepter ?;
  • Vous n’aurez pas les avantages des contrats « expatriés » logement, écoles, etc. et surtout protection sociale, et cette dernière a un coût ;
  • Si votre conjoint est déjà lui-même « expatrié » ou en « contrat local ++ » ou avec un bon contrat local, la conjugaison des deux salaires peut tout à fait vous donner un niveau de vie agréable.
  • Ces paramètres financiers sont vraiment à prendre en compte, à accepter, pour ne pas se retrouver quelques temps plus tard, frustré par les conditions.
  • La distance pour aller travailler, accessible ou inaccessible par le BTS, voiture ou taxi … Sachez qu'à Bangkok il y a beaucoup de circulation ;
  • Les horaires : vous ne retrouverez pas les 35h, et les congés qui sont bien moindres qu’en France, en revanche il y a beaucoup de jours fériés. Mais va se poser la question des enfants s’il y en a, pour les vacances d’été ! on bosse ici au mois d’Août !
  • En Thaïlande, il y a peu de flexibilité, c’est -à-dire le home working n’est pas encore vraiment rentré dans les mœurs, et les ½ ou ¾ de temps idem.

boutons NL EV

Tous ces éléments ne sont pas là pour vous décourager mais pour que vous ayez bien conscience de ce qu’un job en Thaïlande va impliquer. En revanche, la bonne nouvelle, c’est qu’en termes de garde d’enfants vous n’aurez pas de soucis à vous faire.

Faire du networking

La première action est de mettre à jour bien sûr votre profil linkedin, en fonction de ce que vous avez défini comme projet.
Faites-vous votre réseau : pour cela allez à la Chambre de Commerce, dans les associations, francophones ou internationales, meet up, bref ne loupez aucun événement professionnel organisé. Cela demande de l’énergie, mais nous n’en manquez pas.
Trouver « la » personne qui va vous introduire à l’autre. Vous allez probablement avoir quelques contacts avec qui vous aurez un « fit ».
Quand vous avez une opportunité, n’hésitez pas à la saisir. C’est fréquent à l’étranger.

Mise en action

Bien définir sa cible en sachant ce que vous pouvez leur apporter.
Se sentir aligné avec les valeurs de l’entreprise, et ceci, beaucoup plus qu’en Europe. C’est très important pour l’avenir.
Faire des recherches en amont sur l’entreprise qui vous intéresse, non seulement pour bien la connaître en vue d’un entretien, mais aussi, pour valider qu’elle vous correspond, et qu’à priori vous vous y sentirez bien.
Allez à l’entretien en ayant bien en tête ce que vous ou le couple est prêt à accepter en termes de conditions, de rémunérations, etc… (tout ce dont nous avons parlé plus haut), et ceci sur du moyen ou long terme.

Interview réalisé par Sabine David auprès d'Anne-Marie Machet.

Pour aller plus loin :
Amélie expatriée à Bangkok et responsable marketing dans un hôpital privé
Les 3 armes pour booster son réseau
Networker, dans un environnement multi-culturel ou quand nos cultures peuvent être source d’incompréhension réciproque (3/3)
Job Boards par pays
Prise de poste en Thaïlande

Retrouvez toutes les infos pratiques liées à la Thaïlande sur notre site FemmExpat

boutons NL EV

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre