A propos de l'expatriation Mise en oeuvre

« Chéri(e) c’est vraiment super que tu aies trouvé un job, mais… »

projet professionnelAprès plusieurs années d’expat à suivre votre conjoint(e), vous avez enfin votre projet professionnel. Que vous ayez trouvé un job ou monté votre boîte, votre homme/femme est vraiment content pour vous. « Chéri(e) c’est super que tu travailles ! » L’enthousiasme général vous donne des ailes. Oui mais...

Messages ambigus et contradictions

En parole, chéri-bibi est donc ravi que vous travailliez. Mais les actes ne suivent pas toujours. Je vais vous raconter une petite histoire édifiante. Une femme est en train de créer son activité professionnelle. Elle travaille plusieurs jours à monter un film de présentation. Au cours du week-end en famille qui suit, elle découvre que son mari a fait un peu de ménage sur leur ordinateur familial. Celui qu’elle utilise pour le moment pour travailler. Le film est parti à la poubelle. La poubelle a été vidée. Elle passera une nuit blanche à tout refaire. De nombreuses années plus tard, ce souvenir reste très prégnant pour elle.

« Chéri, tu pourras passer au pressing ? » « Le réparateur viendra à 14h.»… « Ha bon, t’es pas là ? » Votre famille a du mal à intégrer que, non, vous ne serez pas disponible.

C’est quelque chose qui a aussi à voir avec le pouvoir. L’autre est content, presque flatté que son conjoint travaille. D’un autre côté, il n’a pas vraiment envie qu’il s’émancipe trop, qu’il prenne trop de liberté. Parce que, du coup, travailler, c’est être moins disponible , parfois gagner en liberté , en reconnaissance, en assurance,  et rencontrer de nouvelles personnes .

boutons NL EV

Le changement, entre élans et réticences

Quand survient un changement dans la famille ou dans le couple il y a forcément des tiraillements. Une famille est un écosystème. Et comme tout système vivant, elle tend à l’homéostasie. Cette tendance naturelle à maintenir son équilibre entre conservation et évolution. L’organisme se défend donc contre ce qui peut le dénaturer. Même si ce changement est utile. Je pense que c’est ce qui se passe dans une famille. Forcément, ça demande du temps pour que chacun prenne ses marques et que tous trouvent un équilibre.

Dépendance financière

Il y aussi cette idée de dépendance financière. Les conjoints qui veulent retravailler peuvent avoir besoin d’investir dans une formation ou pour monter leur boîte. Ils vont parfois naturellement s’auto-limiter, ne pas oser financer ces investissements avec un argent qu’ils ne considèrent pas vraiment comme le leur.

Et un mari qui prête de l’argent à sa femme pour qu’elle monte sa boîte (et vice versa), peut se sentir responsable du projet qui n’est pas le sien et exercer une pression. «  Où en est ton projet ? J’ai l’impression que vous dépensez trop, où en es es-tu dans tes comptes ?»

Quelques conseils

Ces situations, nous les rencontrons très souvent. Voici quelques conseils pour que les tiraillements qui entourent votre projet ne vous bloquent pas.

-    Tenez le cap
Et là, c’est à vous d’être persévérant. Suivez votre fil rouge, vos envies, vos désirs. Tant pis si ça s’agite autour de vous. Gardez les yeux rivés sur votre cap. C’est comme ça que vous y arriverez.
Votre projet est intéressant et en vaut la peine. Ne vous laissez pas déstabiliser.

-    Communiquez
Expliquez ce qui se passe pour vous quand vous voyez que les actes ne correspondent pas aux paroles. Mettez les choses au clair avec votre conjoint, mais aussi avec vos enfants. Prévenez-les bien des conséquences que cela va avoir. Et demandez-leur de vous aider. « Les enfants, j’aurais besoin de vous pour y arriver. Je n’aurai plus le temps de ranger vos chambres. » Dites ce qui vous anime profondément et l’intérêt que ça vous apporte à tous.
Faite-le tranquillement, avant que les conflits n’arrivent. De toute façon, votre retour à la vie professionnelle implique de gros changements. Autant en parler en amont.

-    Acceptez de ne pas être parfait
Acceptez aussi enfin de ne pas être un parent parfait. Il va falloir lâcher certaines choses. Car pour vous, c’est un grand changement également !

-    Organisez votre temps
Soyez clair avec vous-même en ce qui concerne votre emploi du temps. Réfléchissez bien au temps nécessaire pour votre travail et à ce  dont vous aurez besoin. Avez-vous besoin de ne travailler qu’à mi-temps, ou votre projet n’est réalisable qu’avec un temps plein ?

-    Demandez de l’aide
N’hésitez pas à demander de l’aide à quelqu’un qui est passé par là. Appuyez-vous sur l’expérience de vos amis. Partager son expérience avec ceux qui la comprenne vous permettra de mieux avancer. Ne restez pas seule face à un problème. Ce que vous vivez est normal. Ceux qui sont passés par là pourront vous rassurer et vous permettre d’avancer.
Retrouvez ici de nombreux témoignages d'expats entrepreneurs.


Mais surtout, ne baissez pas les bras !
Votre entourage finira par prendre conscience de vos nouveaux enjeux. Les choses se mettront en place. Un jour vous n’utiliserez plus l’ordinateur familial pour vos présentations professionnelles et plus personne ne les mettra à la poubelle.

Corinne


CorinneTucoulat2

Corinne est co-fondatrice d’Expat Communication, site éditeur d'Expat Value et de FemmExpat.

Elle est coach spécialisée dans l’accompagnement des femmes et conjoints expatriés (aide à la transition, aide à la décision, accompagnement et reconversion professionnelle, équilibre de vie) avant le départ, pendant l’expatriation et au retour.
Email : corinne.tucoulat@expatcommunication.com

Pour aller plus loin Expat Value vous conseille également de lire :
« Chéri(e) c’est vraiment super que tu aies trouvé un job, mais… »
Les conjoints en expatriation

boutons NL EV

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre