Entrepreneuriat Portraits d’expats entrepreneurs

Magali, consultante en lutte contre la corruption au Pérou

Magali anti corruption perouCela fait 10 ans que Magali et son mari habitent en Amérique du sud, où ils ont enchaîné les expats : Chili, Brésil... et enfin Pérou. C'est là qu'ils habitent depuis 4 ans, avec leurs 2 garçons de 5 et 7 ans. C'est là aussi que cette diplômée de l'IEP et de l'IAE d'Aix-en-Provence vient de créer MMconsulting, un cabinet de conseil dédié aux entreprises qui souhaitent mettre en place des systèmes de contrôle interne et de protection contre la corruption. Rencontre.

Magali, quel est votre parcours d'expat en Amérique du sud ?

Je suis originaire de Nice et j'ai fait mes études à Aix-en-Provence à l'IEP, puis à l'IAE pour un master en Audit Interne des Organisations.  J'ai commencé ma carrière à Paris (que je pourrais considérer comme ma première expat'!) dans un Big 4 (NDLR : 4 grands cabinets d'audit dans le monde : PriceWaterhouseCoopers (PwC), Ernst & Young (E&Y), Deloitte, KPMG) puis chez Alstom à l'audit interne.

Au départ, vous suivez votre conjoint, mais avez eu de la chance de pouvoir être mutée aussi

Nous sommes partis au bout du monde il y a 10 ans, sans trop savoir quand nous serions de retour.  J'ai eu la chance de pouvoir suivre mon mari à Santiago du Chili tout en restant dans mon entreprise à un poste de Manager en Contrôle Interne, mais en acceptant énormément de déplacements (surtout à São Paulo où le poste était basé initialement).

ll faut dire que les métiers de l'audit sont facilement exportables ?

Oui... d'autant qu'ils peuvent être exercés en entreprise ou en cabinet. Les Big 4 recherchent fréquemment des managers. Pour ce qui est de l'Amérique du Sud, les compétences en audit et controlling sont assez recherchées et le fait d'être Européen peut dans ce cas être un avantage pendant les entretiens. Il faut cependant bien maîtriser l'espagnol et/ou le portugais, et aussi l'anglais dans le cas d'une multinationale. Il ne faut pas hésiter à contacter les entreprises françaises, le lien et la confiance s'établissent plus rapidement et les managers français ont une certaine tolérance par rapport à la maîtrise de la langue dans les premiers mois.

Après des mois d'allers-retours entre Santiago et São Paolo, votre mari est transféré au Brésil.

Super nouvelle... Ouf! Cela nous a permis de nous stabiliser tous les deux dans ce merveilleux pays d'où nous partirions à 4. Pendant ces 4 années paulistas,  je suis passée du contrôle interne au contrôle de gestion avec toujours un taux de déplacement assez fort dans les autres pays d'Amérique Latine. Entre temps, mon contrat est passé en local ce qui ne m'a pas causé de problème car au final les salaires locaux brésiliens ne sont pas désavantageux. (Enfin, avant que ne s'effondre le Real...! Oups, mais ça c'est une autre histoire).

Votre parcours d'expat en Amérique du Sud se poursuit au Pérou

Nouvelle opportunité, au Pérou cette fois-ci pour mon mari. Cette fois-ci, pas de possibilité de mutation de mon côté mais cela tombait à pic. Je me suis occupée de mes petits et de ma santé pendant 3 ans et j'ai profité de cette période pour réfléchir à un projet qui aurait du sens pour ma famille, pour mon pays d'accueil et enfin pour mon parcours professionnel.

Au départ j'étais surtout intéressée par la formation professionnelle. Et puis au fil de rencontres et de discussions animées sur le thème de la corruption, l'idée est née de créer MMconsulting, un cabinet de conseil dédié aux entreprises qui souhaitent mettre en place des systèmes de contrôle interne et de protection contre la corruption.

Comment êtes-vous arrivée aux problématiques de compliance et de corruption?

J'ai vécu de près l'impact au Brésil de l'affaire Lava Jato en 2014, car l'économie a été mise en pause pendant deux ans, avec des répercussions dramatiques sur le taux de chômage et la monté de la violence urbaine.  L'affaire s'est ensuite propagée comme un cancer sur le reste du continent, créant un sentiment d'urgence.

Quel est le contexte au Pérou ?

Au Pérou, 4 anciens présidents sont poursuivis pour des affaires similaires de corruption dont un a préféré se donner la mort plutôt que d'être jugé. La principale leader de l'opposition est également en prison préventive. Suite à un enregistrement dans lequel on l'entend négocier la durée de la peine d'un violeur, un juge de la Cour Suprême est actuellement en fuite en Espagne et vient d'être interpellé par Interpol... et la liste s'allonge tous les jours.

Dans un pays où 20% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, où les écoles publiques ne permettent pas une éducation de qualité et où 1 enfant sur 3 est anémique, c'est le sentiment d'impunité qui est roi, et cela est inacceptable. C'est donc le contexte particulier de mon nouveau pays d’accueil et mon expérience brésilienne qui m'ont permis de comprendre l'importance des enjeux. Mon point de vue est que la lutte contre la corruption doit passer par le secteur privé, car a partir du moment où le monde de l'entreprise se sera organisé et n'acceptera plus le jeu du monde politique, la situation sera assainie.

boutons NL EV

Alors justement comment agissez-vous ?

2019 a été déclarée par le président péruvien, l'année de la lutte contre la corruption et contre l'impunité. D'ailleurs, le pays vient de se doter d'une loi qui implique la responsabilité pénale de l'entreprise dans les cas de corruption, imposant de lourdes sanctions. C'est très encourageant et c'est là que nous intervenons : pour aider les entreprises à changer complètement leur mode de fonctionnement et mettre en place des systèmes de prévention et de protection.

Aujourd'hui je travaille en partenariat avec un cabinet d'avocat dont les compétences en droit pénal et des affaires complémentent mon offre pour proposer la mise en place de systèmes intégrés de prévention. Par ailleurs, j'enseigne l'Éthique et le Contrôle de Gestion à l'Université de Lima. MMconsulting a été récemment sélectionnée para la CCI Peruano Francesa dans la promotion 2019 des Créateurs de Valeurs (vous pouvez d'ailleurs voter pour ce projet ici).

Quels sont les défis auxquels vous devez faire face ?

Aujourd'hui je dois faire face à deux défis majeurs : tout d'abord, et c'est le plus difficile, maintenir un équilibre vie familiale/vie professionnelle et négociant les hausses subites puis les creux d'activité. Et par ailleurs, me faire connaître et reconnaître par le monde de l'entreprises de Lima, en dépassant les obstacles culturels liés à la fois au fait d'être femme et étrangère.

Sur ce dernier point justement... n'est-ce pas trop difficile ?

Haha le machisme dans les pays d'Amérique latine... Il se manifeste tous les jours dans des détails de plus ou moins grande importance que je choisis d'ignorer. Il ne faut pas céder à la fatalité, au contraire! L'univers presque entièrement masculin a prouvé son inefficacité dans le domaine de l'éthique, c'est une opportunité pour nous. Mon associée stratégique est aussi une femme et nous jouons à fond la carte des "Femmes contre la Corruption" (#mujerescontralacorrupción).

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre