Fiches métiers Portraits d’expats entrepreneurs

Lucie, multi-expat en solo, entre carrière nomade et passion pour l’Italie

lucie_tournebize_VeniseLucie a 28 ans et vit à l'étranger de façon discontinue depuis 2011. Elle a commencé à vivre à l'étranger en étant étudiante et continué à avoir la bougeotte. D'après elle c'est facile, car elle n'a pas d'enfant ou de conjoint. D'après moi, partir seule n'est pas plus facile. Elle se donne depuis toujours les moyens de cette mobilité, car elle aime cette forme d'expatriation et n'a pas peur de le faire en solo.

Au tout départ l'Erasmus

J'ai découvert la vie à l'étranger en 2011 lors d'une expérience Erasmus à Rome. A mon retour en France, je savais que ce ne serait pas ma seule expérience. J'ai eu à nouveau l'occasion de vivre à Rome deux ans plus tard, pour un travail d'assistante de langue. Dans le cadre du programme CIEP, un des critères étant d'être étudiant au moment de la demande. Ensuite, je suis restée encore quelques mois, travaillant comme jeune fille au pair sur l'île d'Ischia.

En parallèle j'ai suivi un master de FLE à distance, anticipant ainsi mon désir de prolonger mon expérience pro à l'étranger.

FLE et Alliances Françaises

De fait, après l'Italie, je souhaitais continuer mon expérience à l'étranger. J'ai donc refait mes valises pour l'Espagne, où j'ai pu enrichir mon expérience professionnelle et apprendre une langue de plus, en travaillant à l'Alliance Française de Cartagène pour une année scolaire. J'ai commencé par un stage dans le cadre de mon master de FLE, puis enchaîné sur un CDD. A mes heures perdues j'i commencé à m'intéresser au SEO et à la rédaction web.
Mais l'Italie me manquait, et j'ai décidé d'y retourner à la rentrée suivante pour travailler cette fois à Venise.

Comment j'ai atterri à Venise : en envoyant mon CV à toutes les Alliances Françaises d'Italie. J'ai reçu deux réponses positives, Turin et Venise, après un entretien sur Skype.

Il faut tout de même noter que la précarité des offres en Italie peut être très décourageante. Souvent elles permettent à peine de payer le loyer. Il n'est pas facile de trouver une situation stable d'un point de vue administratif. les contrats sont rares et il est possible de payer les gens comme « collaborateurs occasionnels ». Alors qu'ils travaillent de façon régulière pour leur employeur. Ce n'est pas vraiment avantageux pour le « salarié ».

Personnellement j'ai choisi le statut d'auto-entrepreneur. Statut français qui me permet de facturer dans certains pays de l'union européenne et en France, ce qui correspondait à mes besoins. En effet, j'ai exercé en parallèle l'activité de rédactrice web.

La rédaction web

Depuis quelques mois, j'ai décidé de me lancer à 100% dans une activité que j'exerce depuis 2012 de façon secondaire. J'ai toujours aimé écrire et rédigé des articles pour des sites ou des plate-formes. Je ne le savais pas, mais cette pratique a un nom, c'est de la rédaction web. J'ai commencé lorsque j'étais étudiante, pour gagner un peu d'argent avec des sites comme tripsbytips. Par la suite j'ai découvert des plateformes plus intéressantes. En 2016, j'ai été contactée pour participer à la mise à jour d'un guide de voyage. Depuis, je collabore occasionnellement avec cette maison d'édition. Pour être visible il faut suivre sur lesréseaux sociaux les gens où les secteurs qui nous intéressent. J'écris désormais des articles de blog pour divers clients, je participe à des guides. J'ai repris mon travail de rédactrice web de manière plus assidue. Je n'en suis qu'au début mais j'ai décidé de faire le pari que cette passion peut m'amener plus loin. En même temps, je continue à me former aux techniques de SEO et à développer mes projets d'écriture.

#HistoiresExpatriées

J'ai créé mon blog en 2014. C'était ma deuxième expérience après avoir tenu un journal personnel en ligne l'année de mon erasmus. Pour moi, écrire est presque un besoin, et le blog le format idéal pour le faire. Je conseille d'ailleurs wordpress. Avoir des lecteurs me motive, et enrichit l'expérience d'écriture. J'avais aussi en tête de faire de mon site une sorte de carte de visite. Mon blog me permet de montrer mes compétences et mes connaissances liées au sujet qui m'intéresse le plus, la culture italienne et le voyage. C'est aussi un formidable moyen de se mettre en contact avec des lecteurs ou d'autres blogueurs qui ont des centres d'intérêt communs.

C'est comme ça que j'ai eu envie de lancer un RDV mensuel destiné aux expatriées, en octobre 2017. Je l'ai appelé #HistoiresExpatriées car j'avais envie de mettre l'accent sur la subjectivité de ces récits du bout du monde. Que chacun puisse raconter à travers son filtre personnel une expérience, un pays, une culture, des paysages. L'idée est donc de publier, le 15 de chaque mois, des articles sur un thème commun déterminé à l'avance, chacun sur son blog personnel. J'ai eu la chance d'être tout de suite suivie par des blogueurs installés un peu partout.

Leurs contributions ont énormément nourri le rendez-vous : chaque mois, le nouveau thème est choisi par une marraine ou un parrain différent. Les thèmes ont ainsi beaucoup évolué et je suis souvent surprise des récits qui en sortent ! Je crois que ces articles peuvent avoir une vraie portée utile pour aider d'autres expats ou futurs expats à vivre leur expatriation, avant le départ comme sur place. Ce sont aussi des espaces de débats, de rencontres virtuelles et de confrontations d'idées. Les articles soulignent les similitudes et les disparités de nos expériences, parfois au sein d'un même pays.

Maintenant, j'espère que ce RDV va continuer à se développer, et attirer des blogueurs d'horizons toujours plus variés. Pour participer, il suffit de vivre ou d'avoir vécu à l'étranger (peu importe le statut), d'avoir un blog et d'écrire en français. Retrouvez toutes les conditions ici.

Propos recueillis par Gaëlle GREGOIRE, responsable éditoriale d'Expat Value. Elle a passé 8 années en expatriation dans différents pays d’Afrique et d’Europe où elle a du se réinventer à chaque fois pour travailler (ou pas !). Elle est donc extrêmement concernée par cette notion de "suivi de conjoint" et de double carrière à l'étranger.
Pour lui écrire : gaelle.gregoire@expatcommunication.com

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre