Entrepreneuriat Portraits d’expats entrepreneurs

Claire et Myline avec French Wink : s’adapter à la crise… et se surpasser !

french winkAvril 2020. Avant d’être confinées, Claire Obry et Myline Descamps faisaient vivre à 200 % French Wink, leur société dédiée au développement des marques françaises sur le territoire américain. En janvier, elles avaient même ouvert un concept store attenant à un restaurant français et en mars, la marque de cosmétiques Payot les avait missionnées pour une série d’événements autour du mois de la femme. Et puis… il y avait leur e-shop qui marchait correctement, mais qu’elles ont décidé de faire décoller avec le confinement. Spoiler : ça marche déjà ! Rencontre rafraîchissante…

Myline et Claire, en 30 secondes, l’histoire de French Wink :

French Wink c’est de la représentation de marques françaises aux US à travers 3 outils :

  • Un e-shop : frenchwink.com. Aujourd’hui, on est la première marketplace multi vendeurs sur les Etats-Unis qui permet à chaque créateur ou marque ou distributeur ou agent basé aux US de pouvoir avoir son propre compte, gérer son inventaire.
  • Une boutique à Manhattan (Chelsea), adossée à OCabanon, un resto français tenu par deux garçons, Armel et Alex qui sont devenus nos partenaires de choc.
  • Des services de retail expérientiel, puisque nous créons depuis 3-4 ans des pop-up stores clé en main, en marque blanche. On permet à des marques qui n’ont pas forcément les moyens de d’ouvrir une boutique permanente à Manhattan d’avoir une vitrine et se faire connaître du public américain, (espace de vente, workshops, soirées à thème, etc.) Le tout basé sur le storytelling, l’histoire des savoir-faire français que nous représentons.

Et puis, il y a 3 semaines, l’annonce du confinement à New York…

Cela a été un choc, parce que du jour au lendemain French Wink a dû tout fermer et annuler ses opérations événementielles. Mais on a été hyper réactives. On ne s’est pas du tout autorisées à flancher et on a poussé les garçons de OCabanon à ne pas baisser les bras non plus. On a eu un contre coup après, mais on s’est tout de suite tout de suite dit : « qu’est-ce qu’on fait ? »

Alors quelles ont été les priorités pour French Wink  ?

Ce confinement nous a obligé à changer du jour au lendemain notre stratégie. Fermer totalement notre activité de vente de détail et d’expériences retail qui nous éclatait tellement depuis 1 an et investir notre énergie sur le digital.

Nos priorités ont été :

  • S’assurer que les vendeurs qui sont sur notre plateforme étaient en capacité de pouvoir livrer nos clients en dropshipping (nous n’avons pas de stock à nous)
  • Très vite, on a réalisé que la demande de nourriture serait un produit d’appel pour notre site : alors on s’est dépêchées de rentrer dans nos références e shop tout ce qui était avant réservé à notre boutique. Ça a été long, mais maintenant que c’est fait…
  • Restait à gérer le stock qu’on a à la boutique (food et quelques produits de marques françaises). Là, grâce à notre partenariat avec Armel et Alex de OCabanon, on a trouvé la solution : la boutique et le resto sont fermés, mais eux continuent à y aller régulièrement pour préparer les commandes, emballer et expédier. Nous, on gère le back office et on communique avec les clients. En quelques jours, la nouvelle organisation était en place.

Lire aussi : Covid-19 : mobilisation des réseaux pro dans le monde

Est-ce que vos clients vous ont suivi ?

Tout de suite ! Surtout les Français de New York. En temps normal, notre clientèle est composée à 70 % d’Américains, et de 30 % de Français. Là c’est plutôt l’inverse. Et puis… en confinement, on constate que les gens ont besoin d’achat plaisir, de ce que l’on appelle de la comfort food. Un bon saucisson, du fromage, et même des cosmétiques…

boutons NL EV

Vous avez de bons relais auprès de la communauté française de New York

Oui, nous avons la chance d’avoir été soutenues par les grands médias francophones de la région depuis la création de French Wink. Et puis, il y a une réelle bienveillance entre les entrepreneurs français (qui sont surtout des femmes entrepreneures finalement !) et un soutien très fort. Même avant le confinement, il y avait cette idée de « qu’est-ce qu’on peut faire pour grandir ensemble ? » entre nous. C’est génial de travailler dans cet écosystème, très stimulant et motivant.

Lire aussi : SHE for S.H.E : le réseau pro des femmes francophones de New-York

Quelles sont les leçons que vous retenez ?

Premièrement, on était prêtes, on avait pris un tournant numérique depuis un moment et si tout cela nous était arrivé il y a quelques années, on aurait été incapables d’aller jusqu’au bout. Aucune de nous deux ne venaient du digital avant l’aventure French Wink. Depuis le début de notre association, notre priorité a été d’essayer d’être à la pointe niveau nouvelles technos. On a démarré sur Square Space, puis on est passées sur Shopify, et là on travaille sur une marketplace multivendor. Surtout, on est en train de se former toutes les deux au livestream shopping, qui explose en Chine, démarre à peine aux USA, et ça faisait un moment qu’on voulait essayer… alors on s’y met à fond avec cette crise.

Deuxièmement, aujourd’hui, grâce à Shopify, aux solutions de transporteurs comme UPS, on peut tout faire sans bouger de chez soi. On peut imprimer les étiquettes et les envoyer à nos partenaires de OCabanon pour qu’ils puissent faire leurs expéditions, etc. On a pu sauver le business tout en restant chacune confinée avec nos 3 enfants et nos maris à la maison. C’est assez exceptionnel.

Lire aussi : Booster les ventes de son site web

Quelle est votre vision pour l’après crise ?

Alors nous, le challenge ce sera de jongler avec les deux activités de French Wink : l’e-shop et la boutique ! Avec tout ce que l’on vient de construire suite au confinement, si la boutique ouvre demain à Manhattan, c’est challenge. Mais c’est génial ! Tant mieux ! Fabuleux… Quand on est entrepreneur, on apprend tous les jours. On adore, on est à l’école... On n’arrête pas, c’est vrai… mais cela permet de penser à autre chose, de rester positif et c’est motivant !

Un mot de la fin ?

Oui ! Nous avons réalisé que le fait d’être expat, quand on est confronté à un challenge comme celui-ci, est un vrai plus. Tu as une espèce de notion de sécurité et de prise de risque qui te rend plus flexible. On a déjà dû endurer des situations où sécurité et risque étaient en question. Jamais aussi grave que cela évidemment, mais on part plus forts, oui. Les chocs personnels, on sait les gérer.

french winkVous souhaitez commander vos produits français aux US ?
French Wink livre partout aux US et au Canada, avec des délais de 3 à 7 jours. Pour l’instant la charcuterie et le fromage ne sont livrés qu’au New Jersey et New York City mais nous allons peut-être avoir une solution bientôt. A suivre…

Vous souhaitez référencer vos produits français aux US ? Devenir un vendor ?
Parlons-en ! Nous sommes toutes les 2 joignables sur contact@frenchwink.com

 

Lire aussi : 

9 conseils pour un confinement… productif !

Communication et Covid-19: quand et comment reprendre la parole?

French-American Chamber of Commerce de New York

 

 

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre