Entrepreneuriat Portraits d’expats entrepreneurs

Entrepreneurs expatriés : bien gérer l’euphorie de l’adrénaline

S’expatrier, en tant que salarié c’est sortir de sa zone de confort, prendre des risques, s’aventurer en terres inconnues, se familiariser avec de nouvelles pratiques. Chaque décision est prise après mûre réflexion, recul et analyse des risques. On avance pas à pas, en consolidant chaque étape avant de s’aventurer dans la suivante.

Alors pourquoi quand l’expatrié devient entrepreneur l’adrénaline prend souvent le pas sur tout. Ce qui prime c’est l’action après viendra la réflexion! Comment gérer cette adrénaline à double tranchant qui est à la fois un formidable carburant pour lancer son projet mais en même temps peut nous faire prendre des décisions parfois hasardeuses voire coûteuses.

Depuis plusieurs années des entrepreneurs francophones expatriés me demandent de challenger leur stratégie de communication, de mettre en lumière leurs singularités, de définir leur marché, d’identifier leurs clients cibles.

Dans la majorité des cas, une énergie incroyable les pousse à déplacer des montagnes, à se lancer dans des projets « fous » qu’ils n’auraient jamais osés lancer en France.

 

J’ai identifié 7 raisons qui justifient ce soudain élan ou tout est possible :

 

  • L’expatriation : le champs des possibles pour les entrepreneurs

Autant dans un monde salariat l’expatriation se fait avec mesure autant l’entrepreneuriat à l’étranger prend une tout autre forme qu’en France.

C’est un ensemble de verrous qui sautent comme des bouchons de champagne, les uns après les autres. Comme si en France ils ne s’autorisaient pas d’être entrepreneur ou tout simplement cette idée était inenvisageable trop folle, trop risquée.

  • Ne plus être soumis au regard des autres

Le jugement que notre entourage porte sur nos actions est un poids non négligeable dans le non passage à l’acte pour lancer son activité. En se libérant du regard de nos proches, le saut se fait plus facilement. A l’étranger notre « public », plus restreint permet de diminuer les jugements. De plus le regard des expatriés est aussi bien plus indulgent, compréhensif et bienveillant vis à vis des entrepreneurs.

  • Ne plus vivre dans sa zone de confort

Le confort c’est le calme mais c’est aussi l’ennui. Sortir de sa zone de confort, c’est palpitant et source de créativité infinie. Partir de son pays c’est sortir de sa zone de confort et de connaissances. L’entrepreneuriat parfois est comme la suite logique de l’expatriation.

  • Se libérer des contraintes

L’expatriation, souvent, fait disparaître des contraintes et donc permet l’arrivée de nouvelles opportunités. Un peu comme quand on part en vacances loin de chez soi et on s’autorise certaines tenues inenvisageables dans sa ville. L’expatriation nous fait voir la vie sous un nouvel angle, nous fait prendre du recul. L’expatriation pousse à oser et provoque la disparition de freins inconscients pour laisser place à l’inattendu qui peut se traduire en création d’entreprise.

  • Avoir moins conscience des risques

Loin de leurs proches et de leurs expériences,  les expatriés minimisent les risques et donc se lancent plus facilement que dans un territoire conquis et connu dans lequel les risques leur sont constamment rappelés.

  • A l’étranger on peut se planter

En France le poids de l’erreur est très lourd à porter. C’est moins « grave » de se planter en créant son activité à l’étranger, le regard des autres expatriés étant plus nuancé parce que souvent concernés par le sujet et le contexte « étranger » justifie l’éventuel plantage.

  • L’entrepreneur révélé

Pour certains l’expatriation c’est l’opportunité pour se révéler et réaliser ce qu’ils ont toujours rêvé d’être sans jamais avoir oser. L’expatriation est un terrain fertile pour se révéler en tant qu’entrepreneur grâce aux rencontres et aux opportunités rapides et inattendues.

  • L’assise financière

Souvent l’expatriation est liée à une certaine aisance financière qui facilite le pas dans l’entrepreneuriat.

 

boutons NL EV

Cependant, ce formidable déploiement d’énergie n’est pas sans contrepartie négative. En effet cette fougue entrepreneuriale est parfois à l’origine d’erreurs qui se répètent. Voici une liste non exhaustive des cas auxquels j’ai pu me confronter.

Les associations hasardeuses

Cette forte envie de lancer son projet nous pousse parfois à des associations rapides et inespérées, avec de la chance, ultra positives. Mais parfois ces associations express réservent aussi de très mauvaises surprises. L’associé idéal se révèle être complètement inutile ou perdu dans ses fonctions ou encore incapable de travailler dans l’urgence ou de répartir les rôles.

Des projets peu challengés et trop vite lancés

Souvent l’adrénaline pousse dans l’urgence du concret, dans la soif du tangible au détriment de la réflexion. La peur de perdre du temps en réfléchissant fait naitre prématurément des projets avec peu de singularité et donc peu viables.

Mon besoin vs les besoins du marché

L’expérience personnelle n’est pas forcément l’expérience du groupe. L’expatrié se retrouve face à des situations, des manques, des besoins qui parfois sont trop vite considérés comme les besoins de sa communauté expatriée. Parfois oui et parfois non. Je pense notamment à toutes les tentatives infructueuses de boulangerie à la française à Madrid ou à Barcelone.

La solitude de l’entrepreneur expatrié

Prendre des décisions seuls, choisir, éliminer, prendre du recul bref challenger son projet à la fois dans la réflexion et dans les actions n’est pas toujours chose facile.

Cette formidable énergie générée par l’adrénaline peut, sur la longue, retomber et les montagnes deviennent tout à coup indéplaçables. Le sentiment de je suis capable de faire tout, tout seul et arrive à sa fin.

Une proie prisée

Bien évidemment ce n’est pas toujours le cas. Mais souvent, les entrepreneurs expatriés sont des proies très prisées de prestataires mal intentionné. L’empressement à faire vite de l’entrepreneur expatrié, lui fait, en effet, parfois, pas toujours choisir la bonne personne ou entreprise avec qui travailler.

Tomber sur le bon avocat, choisir un comptable, réfléchir à son offre, concevoir son site internet, créer son identité de marque, mettre en place une stratégie de communication avec du sens et en lien avec qui vous êtes, en autres des points clés pour lesquels il est important de prendre le temps de réfléchir.

Un conseil, n’attendez pas d’en arriver là. Faites-vous accompagner, vous gagnerez en temps, en énergie et ainsi préserverez votre adrénaline pendant longtemps pour booster votre projet.

 

laure barthelemyLaure Barthelemy

www.laurebarthelemy.com

Stratégies de communication sur-mesure pour entrepreneurs expatriés

 

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre