Entrepreneuriat Mise en oeuvre Portraits d’expats entrepreneurs

Amélie, de responsable marketing en Hongrie à la création de son atelier de céramique parisien

atelier de céramiqueAmélie a 34 ans et habite Paris depuis quelques mois. Parcours plutôt "classique" : école de commerce, l’Edhec à Lille, puis 5 ans à Paris en agence de communication, avant de tenter l’aventure à l’étranger en Hongrie. Après 5 ans à Budapest en tant que responsable marketing d’un comparateur de voyage en ligne, elle a décidé de rentrer en France et de monter son entreprise : un atelier de peinture sur céramique. Découvrez les coulisses de ce beau projet !

Quel est votre parcours d'expat ?

Plutôt simple. Après 5 ans dans la même boîte, je voulais changer de travail. Après avoir mis à jour mon profil sur LinkedIn, j’ai été contactée par un cabinet de recrutement. Au cours des entretiens ils m’ont expliqué que le poste ne serait peut-être pas à Paris mais à Budapest et je me suis dit « encore mieux ! ».

Un poste en marketing à Budapest

Je n’ai pas hésité à partir à Budapest car la mission et l’entreprise correspondaient à ce que je cherchais et les personnes que j’ai interrogées qui étaient déjà allées en Hongrie étaient toutes très positives. Au pire si ça ne me plaisait pas je pouvais rentrer en France. Je suis partie en pensant que je resterais 6 mois et cela s’est transformé en 6 ans.

Le poste était très intéressant avec des possibilités d’évolutions et Budapest, que je ne connaissais pas du tout avant de partir, est une ville très agréable à vivre. Je travaillais pour une entreprise française, l’adaptation a donc été plutôt facile.

J’y ai rencontré mon compagnon, nous avons eu un enfant et quelques mois après mon retour de congé maternité j’ai eu envie de changement et surtout de rentrer en France pour être plus proche de ma famille. Au bout de 6 ans, j'avais également fait le tour du poste.
Et pas de problème pour mon conjoint : Il était prêt à déménager en France car il avait appris le français et étant développeur nous savions qu’il serait facile pour lui de travailler à distance ou de trouver un nouvel emploi sur place.

Découverte de l'atelier de céramique

J’avais découvert dès mon arrivée à Budapest un concept d’atelier que je ne connaissais pas et qui n’existait pas en France. Il s’agit d’un atelier de peinture sur céramique où les gens viennent quand ils veulent, choisissent un objet déjà façonné et cuit et le décorent. Tout le matériel est disponible sur place et l’équipe s’occupe de la cuisson. L’avantage est que c’est très flexible et qu’il n’est pas nécessaire de prendre rendez-vous.

Ne voulant plus travailler en entreprise, l’idée de l’atelier a fait son chemin et j’ai décidé de me lancer. Pour des raisons pratiques et financières j’ai travaillé pendant presque un an sur le projet depuis Budapest, en faisant des aller-retours à Paris pour visiter des locaux, rencontrer les banques, etc. Et nous avons déménagé en septembre pour le début des travaux.

Process création d'entreprise-2

1- site https://www.afecreation.fr/, cours en ligne, auto-évaluation de mon profil et de l’idée;

2-modèle excel gratuit très bien fait ici : https://www.fisy.fr/

4-Garantie bancaire : Je n’avais pas cette information lors de l’élaboration du mon business plan mais à Paris, les propriétaires de locaux commerciaux demandent généralement une garantie bancaire de plusieurs mois de loyers lorsqu’il s’agit d’une création d’entreprise. Cela signifie que jusqu’à 6 mois de loyers doivent être déposés sur un compte bloqué pendant toute la durée du bail.

5- J’avais rencontré une première banque lors des premières visites de locaux à Paris. Je n’ai pas pu avoir de réponse avant que le dossier ne soit complet mais ça m’a permis de connaître le process à suivre et les documents à fournir. Il est assez difficile de contacter les banques depuis l’étranger car elles ont des numéros spéciaux qui ne fonctionnent que depuis la France ou bien leurs formulaires de contact n’acceptent que les numéro français. J’ai contacté ma banque en Bretagne qui m’a donné le contact d’une agence à Paris, le site du CIC accepte les numéros étrangers et j’ai eu des contacts via des amis entrepreneurs. Une meilleure option aurait peut-être été de faire appel à un courtier en prêt.

J’ai fait le choix d’engager quelqu’un dès le début afin de conserver un équilibre pro/perso quitte à repousser un peu le moment où je pourrai me rémunérer.

Naissance de Biscuit, atelier de peinture sur céramique

Atelier_de_ceramiqueL’atelier s’appelle Biscuit et a ouvert début décembre à Paris dans le 11e arrondissement un peu plus d’un an après le début du projet. J’ai eu la chance de trouver le local rapidement mais le fait de tout faire à distance m’a empêché de rejoindre un réseau d’aide à la création d’entreprise qui aurait pu m’être utile.

Le concept de l’atelier est de permettre aux gens de venir décorer un objet en céramique quand ils le souhaitent, sans créneaux pré-définis. Nous sommes donc ouverts du mardi au dimanche. De 14h à 22h en semaine et de 11h à 19h le week-end.
Les clients choisissent un objet, ils le décorent sur place, nous nous occupons de l’émaillage et de la cuisson et ils viennent le récupérer quelques jours plus tard. Nous fournissons tout le matériel et les conseils ! C’est encore tout récent mais cela fait très plaisir de voir que les premiers clients sont très enthousiastes. Beaucoup n’ont jamais fait ce genre d’activité et se surprennent à prendre plaisir à créer. Et surtout, ils repartent très fiers de leurs œuvres. Nous proposons principalement de la vaisselle, des objets utiles donc ils peuvent s’en servir tous les jours.

Le mot de la fin ?

Cette expatriation a été une superbe expérience. En me rendant compte que je pouvais m’adapter facilement au changement et en découvrant une nouvelle activité elle a aussi naturellement préparé le projet suivant.
Je craignais un peu le retour en France suite à la lecture de témoignages sur le sujet mais la transition se passe bien même si mon grand appartement budapestois me manque 😉

Propos recueillis par Gaëlle GREGOIRE, responsable éditoriale d'Expat Value. Elle a passé 8 années en expatriation dans différents pays d’Afrique et d’Europe où elle a du se réinventer à chaque fois pour travailler (ou pas !). Elle est donc extrêmement concernée par cette notion de "suivi de conjoint" et de double carrière à l'étranger.
Pour lui écrire : gaelle.gregoire@expatcommunication.com

boutons NL EV

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre