Entrepreneuriat Portraits d’expats entrepreneurs

Adrienne, Social Media Manager en expatriation

Temoignage_dAdrienne_freelance_et_bloggeuse_en_expatriationAdrienne a  31 ans et en est à sa troisième expatriation en quatre ans.
Elle est Social Media Manager en freelance depuis cinq ans. En parallèle, elle donne également quelques cours particuliers de français langue étrangère.
Elle écrit ses aventures de freelance et d’expatriée sur son blog Madame-Dree.com depuis plusieurs années. C'est d'ailleurs par ses billets d'humeur ultra pertinents qu'Expat VAlue a fait sa connaissance. Hyper active, elle a aussi lancé récemment un blog sur les cérémonies de mariage laïques « MaCeremoniedEngagement.fr ».

Adrienne, parlez-nous de votre parcours d'expat 

Bien que j’avais envie de voir comment on vit ailleurs, je n’avais pas prévu de partir. C’est un peu par hasard que j’ai sauté le pas de l’expatriation.
Une première fois à Guildford dans le sud de l’Angleterre pendant un an, suivi d’un retour abrupt et compliqué en France. Puis au bout d’un an, mon mari et moi sommes partis près de Gand en Belgique flamande (zone néerlandophone) pendant un an également. Depuis décembre 2017 nous vivons à Cambridge, au Royaume-Uni.

boutons NL EV

Vous êtes freelance. Parlez-nous de votre métier de Social Media Manager et comment avez-vous réussi à le pérenniser au fil de vos expatriations ?

Je travaille en freelance depuis cinq années, après avoir travaillé deux ans au siège de Phone House France à Paris. Je suis Social Media Manager : je conseille les entreprises afin d’améliorer leur visibilité sur Internet, et j’applique cette stratégie au quotidien.
Cela peut aller de la gestion de leurs réseaux sociaux, à la gestion du service client, en passant par la rédaction d’articles pour leur blog. Mais cela passe aussi par la publicité en ligne, les relations presse et blogueurs. Parfois aussi de la gestion de projet web, lorsque le client a besoin de quelqu’un pour suivre et gérer la refonte de son site internet et faire le lien avec les prestataires. Il m’arrive également de corriger et relire des traductions de documents professionnels.

J’adore mon métier, mes clients et la diversité des missions. Cependant lorsque l’on s’expatrie, on change de résidence fiscale. Ainsi il a fallu que j’adapte mon statut professionnel à chaque pays.

Au départ en France j’étais auto-entrepreneur, en Angleterre j’étais self-employed. Puis de retour en France j’étais sous le statut d’Entreprise Individuelle (puisqu’on ne pouvait pas redevenir auto-entrepreneur moins de deux ans après avoir arrêté). Et en Belgique j’étais également sous le statut de l’Entreprise Individuelle, et étant de nouveau en Angleterre je suis à nouveau self-employed !

Ces changements de statuts ont été très compliqués sauf en Angleterre, ce pays faisant vraiment le maximum pour que l’on soit rapidement opérationnel. Là où j’ai eu le plus de difficultés c’est en France, suivi de peu par la Belgique. En France on trouve beaucoup d’informations sur les statuts, ils sont nombreux et on s’y perd facilement. Et en Belgique c’est très opaque. Il faut payer des professionnels pour obtenir des informations, pas toujours très claires.

Lire aussi : Devenir auto-entrepreneur depuis l’étranger

En plus de votre site-vitrine de Social Media Manager, vous tenez un blog, pourquoi ?

Bien avant de m’expatrier j’avais créé Madame-Dree.com.
J’y parle de mes découvertes au quotidien, de tourisme, de cuisine, mais j’y parle aussi d’expatriation. (La vie à l’étranger, installation, administratif, rapport à la langue). Je parle aussi du freelancing (conseils, anecdotes, galères). Ce blog m’a permis d’e-rencontrer des gens formidables venant d’un peu partout dans le monde.

La section concernant l’expatriation a beaucoup évolué. Au départ je ne parlais que de mes expériences en Belgique flamande et en Angleterre. Mais depuis un an environ, j’y publie également des portraits d’expatriés. Ils y racontent leur parcours : de l’idée à l’installation, leur quotidien, leurs joies et leurs difficultés au quotidien, leur vie de famille, mais aussi leur rapport à la France.
C’est très intéressant de voir la diversité des opinions, des parcours et même du sens qu’ils donnent au terme « expatrié ».

Des envies d'autre chose ?

Sans vouloir me reconvertir car j’aime mon métier de Social Media Manager, l’expatriation m’a ouvert des portes et fait découvrir d’autres possibilités. Lors de ma première expatriation en Angleterre, des anglais m’ont demandé si je pouvais leur apprendre à parler en français. J’avais dit oui sans vraiment réfléchir. Mais dans la pratique, c’était plus compliqué. Ce n’est pas parce qu’on a une compétence qu’on sait l’enseigner aux autres.
Ce n’est que deux ans après, lors de mon expatriation en Belgique flamande que j’ai décidé de suivre une formation du CNED à distance afin d’apprendre à enseigner le français langue étrangère : le DAEFLE. Depuis j’ai eu l’occasion de donner quelques cours, mais je n’en ai pas fait mon métier à temps plein.

Un bilan sur l'expatriation ?

L’expatriation m’a vraiment ouvert les yeux sur moi et sur le monde qui m’entoure. Je me suis découverte pleine d’humour et très débrouillarde. Je ne suis pourtant pas partie bien loin, mais l’Angleterre et la Belgique sont des pays très différents de la France ! C’est ça qui est passionnant en expatriation, on sort de sa zone de confort. On élargit sa vision du monde qu’on ne voit plus uniquement au travers du prisme français.

Le mot de la fin

L’expatriation peut être compliquée car c’est une aventure à part entière. Parfois en partant on laisse une partie de soi dont on ne voulait pas se séparer. Cela peut être effrayant et dur à accepter. Mais c’est également un nouveau départ, un nouveau pays, une nouvelle culture, de nouvelles règles du jeu, une manière de se redéfinir. C’est intéressant de voir que des compétences auxquelles on ne faisait plus attention deviennent de véritables atouts ailleurs. Alors, n’hésitez pas, lancez-vous !

Outils pratiques à retenir :

- Social Media Marketing Manager : Le social media manager (responsable des medias ou réseaux sociaux) a pour mission de développer une stratégie de présence numérique de l’entreprise sur les différents médias sociaux pour les clients et prospects. Il accompagne sa mise en œuvre afin d’assurer une bonne visibilité, générer du trafic et surveiller l’e-réputation de l’entreprise. (Plus de détails ici) ;
- Auto-entrepreneur, self-employed, Entreprise Individuelle ;
- Site-vitrine : Le terme de site vitrine désigne généralement un site qui a pour seule vocation de présenter l’activité d’une entreprise et qui ne propose donc pas de réaliser des transactions en ligne ;
- Blog : Anglicisme pouvant être francisé en blogue et parfois appelé cybercarnet ou bloc-notes, est un type de site web – ou une partie d'un site web – utilisé pour la publication périodique et régulière d'articles personnels, généralement succincts, rendant compte d'une actualité autour d'un sujet donné ou d'une profession. À la manière d'un journal intime, ces articles ou « billets » sont typiquement datés, signés et se succèdent du plus récent au plus ancien ;
- Le DAEFLE.

Pour une meilleure expatriation en tant que salarié(e), Expat Value vous conseille de lire aussi :

Propos recueillis en juillet 2018.

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre