Entrepreneuriat Portraits d’expats entrepreneurs

Les coulisses d’un projet qui cartonne : Mi Casa Es Tu Casa

Vous connaissez le groupe Facebook Mi Casa Es Tu Casa ? Peut-être faites-vous partie des milliers de membres à ce jour? Mais qui se cache derrière ce concept qui cartonne: la mise en relation pour louer ou échanger sa maison. Marie-Caroline, la fondatrice, nous raconte les coulisses de ce projet entrepreneurial né et développé en expatriation.

 A l'origine de Mi Casa Es tu Casa : une expatriation en Colombie et une maison de vacances en France

​En 2015, alors que nous sommes expatriés en Colombie, nous achetons une maison au Cap Ferret. Très vite nous décidons de la louer, mais les sites existants ne nous rassurent pas vraiment. Nous voulons louer à des personnes de confiance, des amis et des amis d'amis. Alors, je décide de créer un groupe Facebook que j'appelle Mi Casa Es Tu Casa. L'idée est que seules les personnes invitées par des membres puissent avoir accès aux annonces. Et proposer leur bien à louer ou échanger via Mi Casa Es Tu Casa.

 Les premières pousses du projet Mi Casa Es tu Casa

Le groupe grandit très vite et je me rends donc compte que nous sommes nombreux dans la même situation. Il y a un vrai besoin sur ce marché. Je me prends aussi au jeu de la mise en relation. Et je passe des journées entières à faire la connexion entre les gens... Je sens qu'il y a un vrai potentiel derrière cette idée. Mais je ne veux pas me précipiter. Je décide alors de prendre le temps pour trouver le bon business model. Ma vision est à terme de monétiser le projet sans perdre de vue l'idée de départ qui est la confiance et la cooptation.
Dans la même période,  je continue en parallèle à développer une autre activité. J'ai une entreprise de vêtements pour enfants en Colombie, qui fonctionne plutôt bien et qui me prend pas mal de temps. Pour en savoir plus sur cette expérience en Colombie, vous pouvez lire cet article.

Nouvelle expatriation : les étapes de la transformation du projet

En avril 2017, nous quittons la Colombie pour Londres. Je ferme donc MariNocéros (les vêtements pour enfants) et je décide que c'est le bon moment pour lancer Mi Casa Es Tu Casa professionnellement.

Mes objectifs sont clairs. Je souhaite :

  • créer un site de confiance,
  • garder le groupe Facebook pour la mise en relation, la valorisation des biens
  • et proposer une offre intéressante financièrement pour nos membres.

L'élaboration du business model de Mi Casa Es tu Casa

Pour élaborer ce business model, un point était primordial pour moi : il n'était pas question de prendre de commissions à chaque transaction ! Je décide donc de créer un site internet sur un système FreeMium qui fonctionne très bien dans d'autre secteur. Le concept du Freemium : l'offre de base est gratuite et les options sont payantes.

Nouvelle étape importante : la création du site internet

​Pendant ce temps-là, le groupe continue de grandir avec plus de 20 000 membres. Plus de doute sur le fait qu'il y a un vrai besoin !

J'ai la chance, en étant à Londres, de rencontrer rapidement la bonne entreprise pour réaliser mon site internet. Pour ce site, la contrainte principale est de le relier à Facebook. Le projet prend donc forme. Et le 7 janvier 2018 nous sortons le site: www.micasaestucasa.site. Il vous faudra trouver un parrain pour pouvoir y entrer !

Un projet entrepreneurial qui s'arrête là ?

Pour 2018, j'ai plein d'idées de développement, de partenariats, d'amélioration de l'offre, mais pour cela il va falloir que je trouve des partenaires financiers. J'ai la chance d'être à Londres, un endroit formidable pour les entrepreneurs et cette nouvelle expatriation m'apporte énormément d'un point de vue contacts, réseaux et dynamisme.

L'expatriation : la pierre angulaire de ce projet 

Ce projet est né à l'origine d'un besoin lié à notre situation d'expat. Aujourd'hui, j'espère continuer à développer le réseau dans le monde entier. Le réseau des expatriés est d'ailleurs unique pour cela et grâce à lui Mi Casa Es Tu Casa propose des biens du Mexique à Hong Kong en passant par Dubai, Marrakech, Singapour, Séville, Paros, Montréal et j'en passe!

Marie-Caroline Heydenreich - fondatrice de  Mi Casa Es tu Casa

 

En savoir plus sur Marie Caroline et son parcours:

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Connexion en tant que membre